L’empreinte du territoire… passeport de l’entreprise

0

Les atouts-maîtres du Val d’Oise

Dans un contexte économique peu favorable et alors que Forbes ne place la France qu’en 29e position¹ des meilleurs pays où créer une entreprise, c’est le moment où jamais de resserrer les liens et de puiser dans son territoire local et ses réseaux l’empreinte qui marquera le passeport de votre entreprise. Le monde est à notre porte mais ne négligeons pas nos racines !

Le caractère international du Val d'Oise est renforcé par la présence de l’aéroport de Paris-Roissy-Charles-de-Gaulle (1er aéroport d’Europe continentale) et la gare Aéroport CDG TGV intégrée sur la plate forme aéroportuaire qui abrite les sièges d’Air France et, en 2016, d’Aéroports de Paris.

Le caractère international du Val d’Oise est renforcé par la présence de l’aéroport de Paris-Roissy-Charles-de-Gaulle (1er aéroport d’Europe continentale) et la gare Aéroport CDG TGV intégrée sur la plate forme aéroportuaire qui abrite les sièges d’Air France et, en 2016, d’Aéroports de Paris.

« Que le monde soit dans le Val d’Oise et que le Val d’Oise soit dans le monde » est la conclusion du film présenté par le « MEDEF Val d’Oise », dit le “MEEVO”, à sa « grand messe de fin d’année » qui a rassemblé, à L’ESSEC de Cergy, en décembre 2015, tous les acteurs économiques et institutionnels qui comptent dans le Val d’Oise… Des acteurs qui n’avaient pas ménagé leur peine pour contribuer à un film d’interviews de 30 mn – en célébration de la COP21 – intitulé : « L’entreprise et son empreinte dans le monde – l’entrepreneur est un citoyen » projeté lors de cette manifestation.

Mission Open Campus à Cergy-Pontoise Chasse au trésor organisée par l'Agglomération de Cergy-Pontoise pour les étudiants

Mission Open Campus à Cergy-Pontoise
Chasse au trésor organisée par l’Agglomération de Cergy-Pontoise pour les étudiants

Au delà des propos prévisibles que l’on pouvait attendre de ce type d’exercice, le film didactique – pour ceux qui n’ont pas assisté à la manifestation –, offre des saillies (cf. citations plus loin) et surtout une cohérence entre les interlocuteurs politiques, économiques, consulaires et institutionnels qui laisse entrevoir un espoir certain pour le développement économique et entrepreneurial du Val d‘Oise.

(On peut voir le film sur https://vimeo.com/148149238)

Philippe Sueur, président du CEEVO à Ze entrepreneurs (avril 2015).

Philippe Sueur, président du CEEVO à Ze entrepreneurs (avril 2015).

C’est déjà dans cet esprit de « valorisation de l’existant », l’actuel et le futur, que La lettre de l’Entreprise compile depuis deux mois des données pour un dossier qui veut non seulement montrer que le Val d’Oise a des atouts indéniables pour conserver sur son territoire les entreprises qui y sont depuis des lustres (ABB, Air liquide, Clarins, Lisi Aerospace, Sagem Défense et Sécurité, Spie, 3M…) et en attirer de nouvelles (4 entreprises japonaises dont Daito Kasei qui a inauguré des locaux à Frépillon et investi 10 M€, et également start-up et PME françaises, etc.) mais aussi démontrer que l’observation du Val d’Oise depuis 14 ans (via La Lettre des parcs… puis depuis 2007, La Lettre de l’Entreprise) laisse espérer que d’autres signaux peuvent « soutenir l’avenir économique », plutôt noir ces derniers temps, de nos entreprises.(Cf. le renouveau industriel page 15).

Si, comme le souligne Philippe Sueur, président du CEEVO (Comité d’Expansion Économique), « On n’est pas seulement citoyen de son pays, on est citoyen du monde » ou la présidente Europe de 3M « Il n’y a pas d’opposition entre le régional, le national et le global : c’est un tout ! … », on note que, pour la majorité des entreprises, face à des propos qui peuvent paraître banals en 2016, l’empreinte locale reste capitale.

Un territoire sur tous les fronts
La COMUE Université Paris Seine qui regroupe l’Université de Cergy-Pontoise et 12 établissements a retenu la sécurité comme projet d’excellence international

La COMUE Université Paris Seine qui regroupe l’Université de Cergy-Pontoise et 12 établissements a retenu la sécurité comme projet d’excellence international

A fortiori quand ce territoire s’engage, à l’exemple des citoyens ou des chefs d’entreprises, dans tous les combats tels ceux du :

numérique, facteur puissant d’innovation, avec la couverture en fibre optique de tout le département (cf. ITV de P.-E. Eon pages 16-17) et la création de data centers, tel celui de Champagne sur Oise.

de la sécurité, avec la création, en 2014, de GSI events (cf. pages 18-19), une démarche sécuritaire capitale engagée entre tous les acteurs, entreprises, collectivités et État, mais aussi des mesures en faveur des citoyens, comme l’augmentation de l’engagement du Conseil départemental dans le dispositif de téléphones « très Grave Danger » et le soutien des associations d’accès au droit et d’aide aux victimes pour la protection des femmes victimes de violences.

des transports avec les nouveaux axes structurants :

le Tram Express Nord TEN (Tangentielle Nord), premier projet ferroviaire francilien de banlieue. Ce tram-tram voyageurs reliera à terme Sartrouville et Noisy-le-Sec sur 28 km qui relieront 14 gares dont 6 nouvelles. Les connexions du TEN croiseront les RER A, B, C, D, E, et Transilien H, J, L, ainsi que les tramways T1 et T8 (à Epinay Villetaneuse) et à terme le Grand Paris Express.

la ligne 17 du Grand Paris Express, tant attendue, pour relier Saint-Denis-Pleyel, Le Bourget, Gonesse à l’Aéroport Roissy-CDG.

– la place du département en général dans des infrastructures du Grand Paris (cf. page 5 : La Grande couronne s‘organise ).

Des projets ouverts sur le monde
Inauguration du 1er Congrès COMET à Cergy-Pontoise par le président de la Cosmetic Valley Marc-Antoine Jamet.

Inauguration du 1er Congrès COMET à Cergy-Pontoise par le président de la Cosmetic Valley Marc-Antoine Jamet.

À l’image du président du Conseil départemental, Arnaud Bazin (cf. ITV page 4) et du président du CEEVO, Philippe Sueur, rebaptisé par nos soins, « globe trotter des entreprises », ouverts au monde, le département soutient :

des grands projets de développement :

EuropaCity dont le débat public se déroulera (enfin !) du 15 mars au 30 juin 2016, consultable sur europacity.debatpublic.fr (cf. page15).

Le projet Eco-cité à Port-Cergy, cofinancé par le FEDER (fond européen de développement régional) pour 1,5 M€, aux côtés du département et la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise pour 1,251 M€ chacun. Ce projet développe une cité universitaire internationale qui accueillerait des étudiants du monde entier (cf. publi-rédactionnel pages 11 à 14).

La cité des métiers de Roissy, financée par l’International Trade Center, centre de congrès géant de 38 000 m2 à l’entrée nord de Roissy (ouverture prévue en 2020), qui prévoit d’accueillir un pôle de formation aux métiers de l’hôtellerie. Une idée en adéquation avec les besoins de ce mastodonte qui envisage la création de 1 900 chambres d’hôtel, etc..

le développement durable à travers, entre autres, l’amélioration de toutes les formes d’habitat et surtout des transports collectifs, mais aussi :

– le maintien de la biodiversité et la préservation des ressources naturelles

– la lutte contre les pollutions sonores (routier, aérien)

– l’équité territoriale entre générations à travers, entre autres, l’encouragement à l’emploi et le déploiement du numérique, facteur déterminant d’innovation.

De g. à dr. : J.-F. Benon dg du CEEVO, A. Bazin président du Conseil départemental du Val d’Oise et B. Clinkemaillie directeur des relations avec les collectivités locales du Val d‘Oise pour Orange à une présentation fibre optique au Parc de Saint-Ouen-l’Aumône.

De g. à dr. : J.-F. Benon dg du CEEVO, A. Bazin président du Conseil départemental du Val d’Oise et B. Clinkemaillie directeur des relations avec les collectivités locales du Val d‘Oise pour Orange à une présentation fibre optique au Parc de Saint-Ouen-l’Aumône.

En parallèle de son rôle social, le département tente par tous les moyens de maintenir sa mission de développeur économique et de rayonnement dans le monde.

Qu’ils soient à la tête de PME, ETI ou de start-up, les chefs d’entreprises tiennent tous le même discours : « Notre terrain de jeu, notre territoire, c’est le monde ! » rappelle une dirigeante de PME dans le film du Meevo. Et pas une start-up qui ne bénéficie de l’hébergement en pépinière ou en couveuse de l’Accet Val d’Oise2… Pas une PME-PMI qui n’ait eu recours, ne serait-ce qu’une fois, aux services, réseaux, fichiers d’adresses, conférences du CEEVO (Comité d’Expansion Economique du Val d’Oise), voire à des missions à l’étranger qui, selon Jean-François Benon, son directeur général, « leur ouvrent l’esprit et les incitent (y compris les éditeurs de La lettre de l’Entreprise !) à changer de modèle économique à leur retour d’un salon ou d’une foire à Tunis, Barcelone, Shanghaï ou Osaka ! »

De g. à dr. : J.-F. Benon dg du CEEVO, A. Bazin président du Conseil départemental du Val d’Oise et B. Clinkemaillie directeur des relations avec les collectivités locales du Val d‘Oise pour Orange à une présentation fibre optique au Parc de Saint-Ouen-l’Aumône.

De g. à dr. : J.-F. Benon dg du CEEVO, A. Bazin président du Conseil départemental du Val d’Oise et B. Clinkemaillie directeur des relations avec les collectivités locales du Val d‘Oise pour Orange à une présentation fibre optique au Parc de Saint-Ouen-l’Aumône.

Notre propos n’est aucunement de faire l’apologie de tel ou tel système, privé, public ou politique ! Il est de remettre les pendules à l’heure. Les entreprises qui le souhaitent peuvent trouver de l’aide sur leur territoire. Il leur suffit de sortir de leur tanière.

« On ne peut plus imaginer une entreprise fermée sur elle-même dans notre monde »soulignait Jean-Michel Blanquer, DG de l’ESSEC dans le film (cf. article sur Essec Sigapour page 17). Certes, ces accompagnements, prêts d’honneur, etc. ne remplaceront jamais un financement bancaire qui peut faire cruellement défaut pour un développement ou un passage difficile pour une PME en croissance, mais ils ont le mérite d’exister et de forger ce qui sera l’empreinte de l’entreprise, sa marque de fabrique et son passeport pour se vendre à l’étranger. Le « made in France » se porte bien, même dans les start-up ! Nous n’hésitons pas à promouvoir aussi le « made in Val d’Oise » !

L’Université enfin mariée à l’entreprise
Dans le laboratoire de Daito Kasei à Frépillon.

Dans le laboratoire de Daito Kasei à Frépillon.

Ce numéro spécial est aussi l’occasion de tirer un coup de chapeau aux échanges universités/entreprises, aux balbutiements desquels nous avons parfois assisté comme à la genèse du premier COMET (Cosmetic measurement & testing) qui s’est tenu en juin dernier à Cergy-Pontoise.

Ces échanges ont fait des miracles ces dix dernières années et abouti à la création de plates-formes technologiques, ces ponts entre laboratoires de recherches et entreprises qui répondent à des enjeux liés à la santé, au bien-être (PETlab et cosmétomique), à la culture (Patrimex), à la transmission de savoirs (techEdulab), au développement de matériaux innovants (I-mat). L’université de Cergy-Pontoise est impliquée dans toutes ces plates-formes avec des entreprises du territoire.

Elle participe aussi à des programmes ambitieux qui concernent d’autres filières industrielles du département (automobile, aéronautique, mécatronique), tel VEDECOM (Véhicule décarbonné Communicant et sa Mobilité) qui rassemble les groupes français du secteur automobile (Renault, PSA, Valeo, Safran) avec des PME, des collectivités locales, cinq organismes de recherche et dix universités et grandes écoles. (Se référer aux nos 58 de février 2013 « La Recherche : un investissement pour l’avenir » et 66 de novembre 2015 « La Comue Université Paris Seine », d’“allez savoir” le magazine de l’UCP www.u-cergy.fr).

Il est impossible de résumer en un numéro de La Lettre de l’Entreprise… tous les atouts qu’offre le Val d’Oise aux entreprises. Nous avons choisi quelques focus pour vous donner raison de garder précieusement l’empreinte du Val d’Oise sur votre entreprise comme signature de votre nationalité « made in France» et ne surtout pas la laisser tomber !

Il semble que le territoire a encore bien des choses à nous apporter !


1- Hors classement des 25. l’Irlande est en 4e position (sans doute grâce à ses avantages fiscaux fortement décriés), la Suède et la Finlande en 5e et 6e position. Viennent ensuite le Canada, Singapour, les Pays-Bas et le Royaume-Uni qui clôt le Top10.
2- Ou des formations, accompagnements, subventions, prêts d’honneur etc. des nombreux réseaux du Val d’Oise : de la CCI Val d’Oise, Reseau Iniactive entreprendre, etc.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire