E.Leclerc : la plateforme du futur

0
maquette plateforme bruyeresLa base logistique muticanal de E.Leclerc à Bruyères-sur-Oise.
Pour accompagner le développement du nombre des magasins et du commerce en ligne, E.Leclerc a investi 55 M€ dans le programme « Soleil » de la Scapnor.
« Avec ce nouvel outil nous allons traiter dans la même séquence les hyper, les drives et les nouveaux « E.Leclerc Chez Moi » explique Pascal Baudoin qui a inauguré cette plateforme haute-technologie à Bruyères-sur-Oise.

Scapnor, créée en 1969 dans le port de Bruyères-sur-Oise, est la centrale de dispatching historique de E.Leclerc pour le nord de la région parisienne, totalement automatisée 2.0 depuis mars par la société allemande Witron, avec la collaboration de vingt entreprises et de leurs sous-traitants, soit 400 personnes qui ont travaillé à la construction de ce nouvel outil. Un des enjeux était notamment d’intégrer le process de préparation des marchandises dans des bâtiments existants. Scapnor approvisionne 27 hypermarchés, 26 drives, 3 express du groupe E.Leclerc et l’entrepôt de Pantin, dédié à la nouvelle activité e-commerce : « E.Leclerc Chez Moi », soit un gros coup de fouet de 55 millions d’euros ! Les palettes des fournisseurs sont stockées sur des palletiers de 24 m de haut, puis transférées automatiquement vers des séquenceurs qui contrôlent le poids et les dimensions des produits, puis des robots préparent les commandes et la mise en palette en fonction de l’itinéraire de livraison à venir, de la configuration des magasins ou de la réception par les drives. Les robots stockent les produits sur des plateaux de couleur dans 306 000 emplacements réunissant 25 000 références automatisées. 46 millions de colis sont ainsi traités par an !

Leclerc en plein Paris

Pascal Baudouin, directeur de la plateforme Scapnor et l’un des leaders de la transformation numérique chez E.Leclerc, veut contrer le débarquement d’Amazon dans l’alimentaire et augmenter son chiffre d’affaires de 25 %, grâce à Internet. Dont 10 % sont déjà acquis !
« Les clients parisiens peuvent maintenant, grâce au site www.chezmoi.leclerc, faire leurs courses sur Internet et être livrés chez eux, à des prix E.Leclerc » revendique Michel- Edouard Leclerc, présent à l’inauguration de cette « nouvelle » Scapnor.

De cariste à pilote de système

Les employés de Scapnor ont manifesté une certaine anxiété à la présentation du projet, avec l’arrivée des robots et de « transi-tics ». Bien au contraire, le site emploie maintenant 410 employés, soit 90 de plus depuis 2013. Les employés ont constaté la réduction de la pénibilité du travail. Ils ont été formés :
10 700 heures de formation dont 1 000 heures en Allemagne
à de nouveaux métiers, tournés vers l’avenir. Certains sont d’anciens caristes qui aujourd’hui pilotent ces systèmes automatisés.
Pascal Baudouin précise : « Les hommes ne sont pas remplacés par les machines mais travaillent avec elles ».

leclercMichel-Edouard Leclerc et Pascal Baudoin

Qu’est-ce que la SCAPNOR ?

Les 681 centres E.Leclerc sont regroupés en 16 régions économiques. Chacune dispose d’une coopérative d’approvisionnement qui regroupe les adhérents E.Leclerc de la région.
Créée en 1969, la SCAPNOR est une pionnière du mouvement E Leclerc, au service de ses centres dans 7 départements (95-93-92-80-78-77-60). Son chiffre d’affaires annuel est de 1,6 milliard d’euros.

La SCAPNOR distribue plus de 25 000 références constituées par :

   les produits de grande consommation, dont 16 800 références stockées
•  35 hectares équipés Rail
  les produits surgelés – plus de 1 000 références stockées
  64 000 m² d’entrepôts
  les produits frais en flux tendu (fruits et légumes, boucherie, poissons…)
•  25 000 références
•  les produits saisonniers (jouets, rentrée des classes, jardin…)
•  1 000 fournisseurs
•  46 millions de colis expédiés par an
  310 camions en entrée et sortie par jour

 


Julie Pommier 

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire