Dans les coulisses du Bourget

0

Au-delà de ses commandes grandioses, le Salon du Bourget est un lieu d’échanges privilégié entre PME du monde entier et l’occasion de trouver un job dans un secteur qui en propose à la pelle.

Le cru 2013 du Salon du Bourget (SIAE) a représenté un bol d’air pour notre industrie nationale : 115 milliards d’e de commandes et intentions d’achat à partager à 50/50 entre Airbus (68,7 milliards) et Boeing (60,2), mais aussi des chiffres record pour ATR et Embraer.
Le chiffre d’affaires 2012 de la filière aéronautique française, l’une des rares à relever la tête, a été de 42,5 milliards d’e, soit 16 % de plus qu’en 2011. « La profession a battu des records d’embauche avec 15 000 recrutements (NDLR : dont 8 000 créations nettes), rappelait Jean Paul Herteman, Président du Gifas (Syndicat professionnel de l’industrie aéronautique et spatiale) et Pdg de Safran. Les effectifs France de Safran ont cru plus vite que nos effectifs internationaux. La maison France a un formidable potentiel  de ré-industrialisation dans ce secteur. Et la création pour la première fois, au Salon du Bourget de «l’Avion des métiers », gigantesque expo où ingénieurs et opérateurs présentaient une cinquantaine de métiers, constitue un véritable forum de l’emploi à l’intérieur du salon. »
En effet, cette innovation pertinente, attraction du SIAE a attiré beaucoup de visiteurs… et, espérons-le, des jeunes chômeurs attirés par la filière.
Car il reste 8 000 postes à pourvoir dans l’aéronautique, ne serait-ce qu’en France… Et l’on peine toujours à trouver chaudronniers et techniciens. Chez ATR qui a « re-décollé » il y a 4 ans (Cf. notre article sur Sim page 20), 3 000 postes restent à pourvoir.
Cette pénurie ne peut qu’augmenter. Le trafic passager devrait croître de 5 % par an dans les vingt prochaines années. De 3 milliards en 2013, on devrait passer à 6 milliards ! D’ici 2032 quelque 35 000 aéronefs neufs devraient être livrés. L’aéronautique a de beaux jours devant elle à condition que la France sache y conserver ses domaines de compétence privilégiés, y compris celui de la maintenance, très convoité.

AFI consolide la maintenance à Roissy-CDG
avec une nouvelle unité industrielle dédiée aux aérostructures (chaudronnerie, matériaux composites, maintenance…).

Entretien et réparation de matériau composite

Entretien et réparation de matériau composite

« Cette nouvelle structure de 20 000 m2 sera prête dans deux ans et sera édifiée sur 4,5 ha en face du Hangar A380 (cf. photo).
Depuis 2012, nous avons cherché à améliorer notre productivité et nos processus en impliquant beaucoup notre personnel » a précisé Franck Terner, directeur général d’Air France Industries lors de notre interview au Bourget.

Franck Terner

Franck Terner

« Mais ce qui bridait le plus notre évolution était la dispersion de nos installations. L’idée d’un hangar unique, idéalement situé en face de FeDEX et de notre hangar Airbus, permet de remettre l’aérostructure (l’entretien et l’équipement des moteurs) au cœur du dispositif industriel, c’est-à-dire le plus près possible des avions. L’ensemble du personnel hautement qualifié qui entretient des entrées d’air de moteur, des inverseurs de poussée, des surfaces d’avion ou répare des matériaux composites (Cf. photo) sera confirmé car la plupart des employés habite déjà à proximité de Roissy CDG. Notre objectif est de rester sur ce marché et de consolider l’activité de toute la chaîne de maintenance en préservant les emplois grâce à nos contrats qui sont souvent à 10 ans. »

La future unité d’AFI qui sera prête en 2015  devrait permettre de diviser les temps de traitement par deux, offrant une meilleure réactivité pour les clients. Elle permet de consolider l’emploi dans le Val d’Oise. Et avec ce projet AFI KLM E&M, premier acteur de la maintenance aéronautique, qui assure le support de près de 1 300 avions appartenant à 150 compagnies aériennes domestiques et internationales, renforce son positionnement dans les technologies composites au-delà de la chaudronnerie et des révisions d’aérostructures.
Pour en savoir plus : www.afiklmem.com 

Confidentiel Qatar
Lorsque que le président François Hollande était au Qatar, il négociait la prolongation des contrats de maintenance chez AFI contre les droits de trafic pour desservir la France demandés par le Qatar pour ses compagnies aériennes (dont le vol au départ de Nice qui pénalisait commercialement Air France.) Donnant /donnant ! Ça en dit long sur l’avenir à long terme du marché de la maintenance…

L’avenir du composite

Les idées fusent avec le saké - de g. à dr. : François Scellier , président du Ceevo, Arnaud Bazin, président du conseil général du Val d’Oise et Kanji Kurioka administrateur de Toyota

Les idées fusent avec le saké – de g. à dr. : François Scellier , président du Ceevo, Arnaud Bazin,
président du conseil général du Val d’Oise et Kanji Kurioka administrateur de Toyota

Nagoya (Japon) travaillent de concert à un projet de matériau composite¹ issu de l’aéronautique à destination de l’industrie automobile. Le ministère de l’Industrie japonaise ayant décidé d’implanter un centre national de recherche des matériaux composites à Nagoya.
C’est au salon du Bourget que Kanji Kurioka a rencontré Arnaud Bazin, président du conseil général du Val d’Oise et les équipes du Ceevo lors d’une conférence qui s’est tenue au SIAE le 17 juin pour parler de ce projet, qui devrait pouvoir impliquer l’Université de Cergy-Pontoise.
Les équipes de Nagoya avaient entraîné dans leur sillage une dizaine de PME japonaises qui ont rencontré les PME valdoisiennes avec le concours du Ceevo et de la CGPME 95.

Zen Jiang cherche partenaires 

zenjiang-argenteuil

Le maire de Zen Jiang (ville de 3 millions d’habitants entre Shanghai et Nanjing dans le delta du Yangtsé) a créé un parc d’activités pour l’industrie aéronautique « Zen Jiang Aviation et Aerospace Industrial Park »  et est venu, comme beaucoup d’élus et d’industriels du monde, « faire ses courses » au Bourget .
Lors de la visite que lui avait rendue le CEEVO en Chine il avait évoqué les atouts de sa ville pour des investisseurs du Val d’Oise. Il a ainsi proposé à Ivan Bailly de Sim (Cf. article page 20) d’y ouvrir sa filiale chinoise de simulateurs de vols et à d’autres entreprises françaises de s’y installer. Lors de cet échange, organisé par le Ceevo, il a pu tester les simulateurs lui-même ! Intéressé par ailleurs par le site de la ville d’Argenteuil et la présence de l’entreprise Dassault qui y a son usine, pour y implanter des entreprises chinoises, le maire de Zhenjiang a aussi signé un « Memorendum of understatement (MOU) » avec cette ville pour tisser des liens avec les élus.

Sièges bébé technos 
Larry Chao, pdg de Zodiac Aerospace à Zen Jiang (Chine) a créé une entreprise qui fabrique des sièges bébé auto sur les modèles des sièges d’avion avec une technologie hors pair… Quand il a proposé à une prestigieuse enseigne d’hypermarchés française de les mettre en vente dans ses linéaires, celle-ci lui a proposé des prix irrecevables arguant que « made in China » se vendait à bas prix auprès des consommateurs français  ! C’est pourquoi, Larry Chao a engagé avec le concours du Ceevo la recherche en Val d’Oise d’un site pour fabriquer ses sièges avec le label «  made in France » et les vendre au prix que justifie leur technologie aéronautique. Une histoire chinoise qui plaira beaucoup à notre ministre du Redressement productif, grand adepte du « made in France » !


1- Nous reviendrons sur ce projet étonnant de matériau composite pour l’industrie automobile dans notre magazine de septembre.
Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire