ADP : des travaux comme jamais depuis plus de 10 ans

0
Encore mal classés par leurs pairs et par les passagers, les aéroports parisiens font pourtant des efforts et vingt-cinq projets majeurs d’ici à 2020 sont sur la table pour CDG. Aéroports de Paris a décidé de frapper un grand coup pour satisfaire ses clients.

Cent vingt-huitième, c’est la place de l’aéroport Paris Charles de Gaulle selon le
« AirHelp Score », le classement mondial des aéroports qui les note selon des critères de ponctualité, qualité de service et avis des passagers. Rapport qui n’épargne pas les aéroports français puisqu’Orly est 138e.

Il semble, selon ce classement, que Paris Charles de Gaulle, s’il propose une indéniable qualité de service reconnue par ses pairs, a de gros progrès à faire auprès de ses passagers :
  ponctualité (7,2)
  qualité de service (8,0)
  avis des passagers (4,0)
Soit 7,24 de moyenne sur 10

Bien entendu, la note globale ne repose pas toute entière sur les épaules d’Aéroports de Paris et d’autres classements moins sévères ont récemment souligné les remarquables progrès effectués par les deux plate-formes aéroportuaires pour améliorer la vie de leurs voyageurs. Mais une enquête de Que choisir ? du printemps dernier confirme que le manque de confort, de qualité de services et de restauration est criant ! Et l’on ne cite pas la signalétique encore balbutiante (du vécu !) par rapport à nos amis américains et asiatiques.

Un grand coup en 2018

La Lettre de l’Entreprise était présente à la réunion de presse du printemps pour présenter les énormes changements dont bénéficieront les aéroports français du Groupe ADP (Aéroports de Paris).

Présentation faite par Augustin de Romanet, président-directeur général, Régis Lacote, directeur de l’aéroport Paris-Orly et Edward Arkwright, directeur général exécutif.

ADP, c’est 101,5 millions de passagers, avec une croissance attendue en 2018 de 2,5 % à 3,5 %, sachant que le trafic mondial double tous les 15 ans, pour atteindre 6 milliards en 2030 !

L’heure pour ADP n’est pas aux retouches mais aux refontes d’envergure, qui ne bénéficieront pas seulement à ADP et à ses clients − voyageurs ou concepteurs d’aéroports − mais aussi aux territoires alentours. Nombreux sont les entrepreneurs de notre territoire qui attendent les appels d’offres pour tel ou tel bâtiment ou service – en particulier le CDG-Express -, ou les commerçants qui attendent le flux de voyageurs générés par ces aménagements … ou par la croissance « naturelle » du transport aérien.

Pour parler plus particulièrement de Paris- Charles de Gaulle, ADP n’oublie en rien qu’un aéroport est le premier ambassadeur de son pays. On a fait beaucoup de reproches aux aéroports parisiens. ADP aimerait que cette page se tourne avec nouveaux bâtiments, refonte des existants, ouverture de 101 points de vente dont 36 en 2018, nouvelles marques prestigieuses, nouveau concept consacré à la beauté (600 m²), montée en gamme côté gastronomie (Rostang, Ladurée …) avec 8 chefs étoilés à l’horizon 2020.

On y trouvera aussi le plus grand dispositif digital d’Europe en zone duty free, soit un écran 100 % numérique de 80 m², deux écrans LED de dernière génération, une plateforme dominant le terminal et assurant une visibilité maximale pour les 22 millions de passagers chaque année au terminal 2E, soit 60 % de passagers internationaux et 33 % de voyageurs pour affaires, disposant d’un temps d’attente moyen de 2h25. « Le format exceptionnel de « La Place Digitale » permet aux annonceurs de diffuser des campagnes publicitaires aussi spectaculaires que mémorables et aux passagers de vivre une expérience visuelle et esthétique inédite. Paris Aéroport sera l’une des plateformes aéroportuaires les plus digitales et performantes au monde », précise Jean-Charles Decaux, directeur général de JCDecaux.
Cet ensemble de services sera prochainement proposé dans tous les aéroports parisiens.

A noter aussi que CDG a déménagé son siège social de Paris à Roissy-CDG, pour
« être au plus près de nos clients compagnies aérienne, des pistes, des travaux ». (Cf. LdE N° 37). Le Groupe ADP comporte deux entités : Paris Aéroport pour les voyageurs et Groupe ADP pour l’ensemble des métiers et filiales.

Des travaux de 2016 à 2024 !

Vingt-cinq projets majeurs d’ici à 2020 sont sur la table pour Paris-CDG, aéroport qui desservira 325 villes pour 72 millions de passagers dénombrés fin 2017 et 80 prévus fin 2020.

Citons :
La refonte de la zone publique du Terminal 2E, pour juin 2018, avec une nouvelle zone de restauration (Rostang, Ladurée…) plus Thierry Marx au Terminal 1 pour proposer au final 8 chefs étoilés en 2020 !

La réunion de trois satellites du Terminal 1 par un bâtiment de 36 000 m², pour accueillir 1,2 million de passagers supplémentaires dans 6 postes pour avions gros porteurs, dont 5 pour l’A380, comprenant une nouvelle zone commerciale.

La rénovation du Terminal 2B et la jonction entre les Terminaux 2B et 2D, pour accueillir 1,5 million de passagers supplémentaires (soit 11 millions pour l’ensemble 2B + 2D. Ce bâtiment comportera une salle de livraison des bagages, de nouveaux commerces et des salons pour les compagnies aériennes.

L’augmentation de capacité du tri-bagages, pour traiter de 3 200 à 4 000 bagages/ heure.

Last but not least, la liaison CDG-Express avec la Gare de l’Est, pour qu’enfin CDG dispose d’une liaison directe et rapide avec Paris.

Les travaux nécessaires sont aussi importants – avec un lourd impact sur l’environnement – que contestés. De nombreux opposants demandent l’étude
« sérieuse » par la Sncf de l’utilisation des lignes existantes (TGV Gare du Nord-CDG), l’amélioration du trajet de la sortie de Paris, qui traverserait le futur quartier Chapelle-Charbon, et longerait la nouvelle université Condorcet. La Porte de La Chapelle, que devrait traverser le CDG-Express, est une zone déjà très chargée avec les passages du périphérique, du tramway, des trains et du début de l’autoroute A1. Ce projet nécessite aussi de longues démarches techniques et juridiques, remontant jusqu’à Bruxelles, pour que la Commission Européenne n’y voie pas une « aide d’Etat » dissimulée dans le montage entièrement financé par des fonds publics.
La mise en service est prévue pour 2024 … si tout roule !

ADPVue de la jonction du satellite T1

Le nouveau concept beauté des boutiques « BuY PARIS DUTY FREE » casse les codes et le design traditionnel des aéroports. « Le chiffre d’affaires des activités commerciales est en hausse de 2,2 % en 2017, à 459 M€ » dit Laure Baume, directrice clients de ADP. « C’est 600 m² soit une suite de parfumeries de luxe avec de nouveaux services, comme un barbier ou une « make-up station ». » On y trouve les plus grandes marques (La Roche Posay, Avène, Vichy, Furterer…) ou connues d’une clientèle asiatique (Sulwhasoo …) ou encore : Acqua Di Parma, Atelier Cologne, Margiela, Dyptique et Le Gemme Bvlgari pour les parfums, House 99 (L’Oréal) et en maquillage : Urban Decay et Bobby Brown.

buy paris


Alain Mayor

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire