vente-privee.com : l’e-commerce « XXXL »

0

L’entreprise de déstockage en ligne s’est lancée dans une série d’acquisitions en Europe, tout en continuant sa diversification autour de la mode.

Jacques-Antoine Granjon, PDG et fondateur de vente-privee.com

Début janvier, à l’occasion de l’inauguration du dernier-né des bâtiments de vente-privee.com, le Vérone, 9 600 m² signés Jean-Michel Wilmotte et Pucci de Rossi, sis à Saint-Denis (93), en bordure de l’autoroute du Nord et de ses 350 000 automobilistes quotidiens, on ne comptait plus le nombre de ministres, politiques locaux et grands patrons qui avaient fait le déplacement pour entourer Jacques-Antoine Granjon, PDG et fondateur de l’entreprise, passé maître dans l’art d’utiliser ses entrepôts et ses immeubles de bureaux pour accroître la notoriété de sa marque. Si vente-privee.com fait autant chauffer les claviers des (très nombreux) clients, elle le doit autant à la personnalité de son iconique patron, jamais à court d’un nouveau défi, qu’à la réussite d’une entreprise qui truste le haut du classement des sites d’e-commerce¹.

Une politique d’acquisitions en Europe

Démarrée dans le quartier de République à Paris, où J.-A. Granjon (dit « JAG ») a commencé comme grossiste (Cofotex S.A.), l’aventure a continué avec vente-privee.com, société de déstockage textile, lancée en 2001… et qui a réalisé un CA de 2 milliards d’euros en 2015, 90 millions de produits vendus à 30 millions de client dénommés « membres », poursuivant, après l’arrêt de l’aventure américaine en 2014, son habituel taux de croissance à deux chiffres (17 %).
vente-privee.com a en effet décidé, fin 2014, de renouveler une grande partie de son état-major et de se retirer du marché américain, où elle avait créé une joint-venture avec American Express, pour se recentrer sur l’Europe.
La France représente encore 75 % du CA du groupe de vente en ligne, qui a décidé d’accélérer le rythme dans les pays voisins. Ces derniers mois ont ainsi été marqués par la prise de participation majoritaire ou l’acquisition à 100 % de plusieurs concurrents : vente-exclusive au Benelux (120 M€ de CA, 5 millions de clients en Belgique et aux Pays-Bas), eBoutic.ch en Suisse et Privalia en Espagne (également présent en Italie, au Mexique et au Brésil). Au total, le groupe revendique désormais 60 millions de membres dans le monde. D’un point de vue stratégique, vente-privee.com a choisi de renforcer ses positions en Europe par crainte d’être débordée par des groupes à la surface financière insondable comme l’Américain Amazon qui se positionne sur le marché de la mode, le Chinois Alibaba ou encore l’Allemand Zalando, qui a connu une croissance très importante l’an dernier. Il ne faut pas exclure non plus que le groupe vise, même si J.-A Granjon dément aujourd’hui, une introduction en Bourse d’ici quelques années et cherche dès lors à séduire les investisseurs.

Siège de vente-privee.com

Siège de vente-privee.com

En parallèle de cette série d’acquisitions, le groupe poursuit sa diversification autour de la mode, qui reste le cœur de son métier de déstockeur. Des filiales spécialisées dans le divertissement (qui assure notamment l’exploitation de trois théâtres parisiens : le Théâtre de Paris, La Michodière et le Théâtre des Bouffes Parisiens), le voyage ou le vin (44 millions de bouteilles vendues en 2015!) ont ainsi vu le jour ces dernières années. Avec 2 800 collaborateurs de 60 nationalités (hors acquisitions récentes), et d’une moyenne d’âge de 31 ans, vente-privee a tout d’un groupe international et plein d’avenir.


1- 3e derrière Voyages-sncf et Cdiscount au classement 2015 des 100 sites marchands qui comptent du magazine Ecommerce

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire