« Un centre commercial doit être contributeur d’emplois »

0

Icade milite pour que les nouveaux centres commerciaux s’inscrivent dans une perspective de réconciliation de l’économie locale avec le besoin de bien être des consommateurs.
Dominique Beghin en charge du pôle Foncière Tertiaire et de l’activité d’Icade à l’international s’explique.

le millenaire

le Millénaire

La lettre de l’entreprise : Quels sont les chiffres qui illustrent les enjeux et difficultés dans votre secteur ?
Dominique Beghin : Nous sommes avant tout spécialisés dans les bureaux et les parcs tertiaires. Nos réalisations de centres commerciaux sont axées sur le long terme. Qu’il s’agisse de construction, conception ou commercialisation, l’objectif est d’inscrire nos projets ou nos réalisations dans le développement des villes ou des régions. Le commerce fait partie intégrante du développement urbain. Sa programmation doit s’inscrire dans ce plan de développement en tant que contributeur d’activité et d’emplois.

Par exemple, Odysseum (Montpellier) s’inscrit au cœur d’un programme d’aménagement de plus de 140 000 m² associant loisirs et commerces. Le centre déploie près de 80 000 m² de surfaces, plus de 2 000 parkings et des enseignes diversifiées dont le premier Apple Store de province.

La construction d’un centre commercial doit répondre à un besoin de services non satisfait dans une ville ou région.

La lettre de l’entreprise : Quelle est votre démarche en terme de développement durable ?
Dominique Beghin : Nous avons un rôle central pour mettre en œuvre des projets durables. Pour le Millénaire (Aubervilliers, 93) nous avons reçu le label THPE 2005 (très haute performance énergétique) en utilisant, par exemple, un éclairage modulé en fonction de l’éclairage extérieur ainsi que des équipements de production et récupération des énergies de l’activité. Nous avons accompli des efforts notables pour réduire les consommations d’électricité et d’eau en mettant en œuvre des systèmes permettant le free cooling – le principe est de refroidir un bâtiment en utilisant la différence de température entre l’air extérieur et l’air intérieur-, en utilisant des types d’éclairage à basse consommation et (ou) des leds, en récupérant les eaux de pluie, en équipant les toitures de systèmes photovoltaïques…

La lettre de l’entreprise : Quelles sont les difficultés particulières pour un centre commercial ?
Dominique Beghin : Un centre commercial est une initiative privée. Nous agissons comme pour un investissement immobilier classique avec des architectes, des entreprises du BTP etc…. sachant que nous disposons aussi d’une ligne de crédit que nous utilisons sous réserve de respecter un ratio d’endettement inférieur à 40 % de la valeur de nos actifs. Au Millénaire (Aubervilliers, 93), Icade est propriétaire du terrain. Il a donc signé un bail à construction avec la SCI Bassin Nord (les actionnaires sont Icade et Klépierre à parité) qui a réalisé et exploite le centre commercial. L’investissement est d’environ 400 M d’euros. Les projets se situent souvent dans des zones d’aménagement concerté (ZAC). Les taxes de ZAC permettent de financer les infrastructures publiques indispensables au fonctionnement d’un centre commercial.

La lettre de l’entreprise : Comment est financé un centre commercial ?
Dominique Beghin : Le financement n’est pas un réel souci pour des groupes d’envergure comme le nôtre ou Corio, Unibail, Altaréa ou Klepierre… tous acteurs majeurs sur ce secteur. En revanche, la difficulté pour le promoteur réside dans la capacité à obtenir les autorisations de constructions et commerciales dans des délais raisonnables. Enfin, dans un climat économique difficile, il faut aussi convaincre les enseignes de l’intérêt économique de venir s’installer dans nos murs.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire