Toujours plus : attention !

0

Vite. Plus vite, pas de fignolage, plus vite encore… Ça valait pour gagner plus. Et ça vaut toujours, il faut être le premier ! Partout ? Pourquoi ? Comment ? À quel prix ? Pour quels bénéfices ?
Esprit de compétition ? Seconde nature ? Engrenage infernal ? Mimétisme ? Concurrence vitale ?
Il est vrai que les moyens de communication gagnent chaque jour un peu plus en rapidité, en qualité et en puissance. Il est vrai aussi que cette course touche tous les secteurs, du transport à l’information financière en passant par le décodage du génome, et qu’elle est chaque jour plus performante. À condition toutefois que les données initiales soient justes. À condition que l’on ait renseigné les termes de la course, et en particulier évalué le rapport qualité/prix.
Qualité, c’est à dire à quel niveau d’excellence me suis-je engagé ? Prix, c’est-à-dire combien me coûte la production et à combien vais-je pouvoir la commercialiser ? Et surtout quelles conséquences pour un défaut de qualité ?
Le 28 février dernier, un samedi matin, Martin regarde à la télé la chaîne d’information qu’il a créée et qui lui coûte cher, très cher même. Il y apprend qu’il vient de mourir. Il y a de quoi avoir un choc… Qui pourrait être fatal. D’abord pour lui, il pense immédiatement à sa famille, à l’état de ses affaires, aux conséquences de cette information pour les autres, amis, ennemis, prédateurs…
Ensuite pour son entourage : douleurs, déchirement, vide, vertiges… Encore pour ses affaires et pour le monde de la finance, qui, comme lui, a appris la « nouvelle » et qui doivent en ce moment même échafauder des plans voire convoquer des Conseils extraordinaires, sans parler des cours de bourse pris de tournis.
Et dans le même temps, il prend conscience que personne ne l’a interrogé sur son état. Et pourtant, il est mieux placé que quiconque pour savoir qu’il est en vie, et en pleine forme. Et pourtant l’info en question vient de l’AFP (l’Agence France Presse) qui se vante, à juste titre, de vérifier ses sources, et donc d’être une référence en matière de fiabilité d’information. Et la dépêche a été reprise en boucle par les autres média. Catastrophique : ça ne peut pas être un coup monté (quoique…) parce qu’il y a une procédure (pas très claire semble-t-il) avant de diffuser une telle information qui peut aller jusqu’à consulter la haute hiérarchie du service ou de l’agence. En fait, une homonymie, la mort d’un « Monsieur Martin », est la source de l’affaire. C’est bon pour un vaudeville, mais là…
La double exigence, parfois contradictoire, de rapidité et de fiabilité est au cœur des débats.
Bilan : deux « démissions » à l’AFP, prélude à d’autres ici et ailleurs. Il n’en demeure pas moins que les mots de François Hollande, il y a quelques semaines, lors de la célébration du 70e anniversaire de l’agence : « dire juste et dire vite » sont réinterrogés. Attention au « moutonisme » dès lors que la concurrence brouille l’impatience d’être dans le coup.
Histoire de presse ? Ne faut-il pas s’interroger sur le « jeunisme » ambiant qui remplace l’expérience ? Les réseaux sociaux, relayés par des blogs sensationnalistes et par des média acculturés, sont dangereux. C’est l’école qui est en question et qui n’est pas suffisamment rigoureuse sur le choix des mots, qui ne donne pas, non plus, de culture de l’investigation. Ne faut-il pas aussi, s’interroger sur les critères des recruteurs qui oublient la culture générale ?

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire