SGIV au secours des commerçants

0

Ils ont permis aux lapins et aux cloches d’apporter les chocolats aux enfants pour Pâques et surtout aux pharmacies de servir leurs clients à moindre risque… SGIV a inondé de parois de protection en plexiglas incolore les commerces de proximité qui les réclamaient : pharmacies en premier lieu, commerces de bouche tels les franchises de chocolat De Neuville pour Pâques ou les restaurations rapides ayant l’autorisation de livrer en drive, transporteurs pour protéger leur personnel par des guichets… Ce ne sont pas moins de mille parois par semaine qui sont découpées et envoyées par SGIV en Île-de-France et France entière depuis fin mars dans des commerces. Elles sont posées par son partenaire Madicob, autre valdoisien pour répondre à des programmes complexes et contraignants tels les hôpitaux, aéroports, etc… Et pourtant, ce n’était pas gagné !

pharmacie

Pharmacie mérysienne équipée de paroi en plexiglas par SGIV

Face à la pandémie mortifère du Covid-19, l’entreprise SGIV, PME valdoisienne spécialisée dans l’enseigne et la signalétique qui fabrique, depuis 2004, via de nombreux procédés numériques, des outils et panneaux d’identification visuelle pour des entreprises et des franchisés de tous pays, avait fermé ses portes comme beaucoup d’entreprises le 17 mars à 12h. Au désespoir de son PDG Amaury Simon et de la nouvelle responsable commerciale, Nadège Briey, embauchée depuis à peine deux semaines ! Aussi quand ce dernier a demandé à son équipe (en confinement) de réfléchir à tout ce qui était possible de proposer, cette dernière a tout de suite songé au parc machine de SGIV et à l’outil de découpe qui pouvait être mis à profit. Elle a proposé aux clients ces panneaux en plexiglas tant réclamés pour servir de protection contre le Coronavirus ! Le matériau haut de gamme d’une grande résistance, le polycarbonate compact incolore, d’une épaisseur de 5 mm, dans lequel ces parois sont découpées a fait la preuve de sa longévité dans le monde du bâtiment depuis plus de 30 ans.

SGIV

SGIV : découpe de 1000 parois en plexiglas par semaine


Et demain, les visières

« Mais attention ce n’est pas fini ! prévient Nadège Briey, et en vue d’un dé-confinement qui arrivera bien un jour, il faut aussi équiper les agences bancaires et préparer les centres de contrôle techniques automobile et autres assureurs, opticiens, magasins de vêtements dans lesquels les particuliers vont se précipiter… Or le plexiglas PETG commence déjà à se raréfier. Il faut prévoir des stocksEt, dès mardi 14 avril, nous lançons les visières de protections individuelles 100 % recyclables car il faut continuer à protéger notre planète qui n’a jamais respiré aussi bien depuis longtemps ! ».

Apparemment, et c’est plutôt une bonne nouvelle, les salariés de SGIV ne vont peut-être pas tous rester en confinement après le week-end de Pâques. Même s’il est certain que cette activité ne va pas combler le manque à gagner des contrats habituels, elle va permettre d’assurer du travail à une partie de l’équipe de SGIV ! Plus dynamique et constructif que le chômage, même partiel !

Béatrice Monomakhoff

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire