Security Systems Valley : des bracelets qui sauvent

0

Gwenola Joly-Coz et Eric Corbaux ont trouvé écho à leur mobilisation sur les violences conjugales. La présidente du Conseil départemental du Val d’Oise M.-C. Cavecchi, et plusieurs élus soutiennent activement le pilotage de la « Security Systems Valley » et son projet de DEPAR (dispositif anti rapprochement) développé par le cluster sécurité.

Il y a cinq ans, le CEEVO a identifié la filière sécurité-sûreté comme filière à fort potentiel dans le Val d’Oise et a engagé une démarche territoriale .

« L’objectif majeur du cluster se définissait ainsi : anticiper, protéger et garantir la continuité des opérations et des activités, quoiqu’il advienne demain dans le territoire du Val-d’Oise et du Grand Roissy, dans une économie digitalisée et dématérialisée, à valeur d’exemple pour l’échelon régional, voire national. » explique Jean-François Benon, dg du CEEVO.

Les équipes du CEEVO ont poursuivi leur travail avec le Conseil départemental du Val d’Oise, la CCI et d’autres acteurs de l’État et entreprises du département pour faire émerger ce cluster, jusqu’à l’arrivée dans la gestion du territoire de la nouvelle équipe du Conseil régional.

Le Cluster a été lancé avec des démonstrateurs, qui ne dépendent pas exclusivement des grands équipementiers et fabricants de technologie. Il est tourné vers la sécurité globale, qui part des utilisateurs chargés d’animer une filière, de faire travailler des entreprises et de faire monter en puissance toute la filière sur le plan technologique.

Le numérique appliqué à la sécurité

Dans ce cadre, le Val d’Oise a lancé plusieurs tests avec des partenaires du territoire. Le cluster teste depuis plusieurs mois un bracelet électronique pour lutter contre la récidive en matière de violence conjugale, en signalant tout rapprochement interdit entre les conjoints et en alertant les autorités.

Dans les villes nouvelles, pompiers, gendarmes, police ou secours sont souvent dans l’impossibilité d’accéder avec leurs véhicules à certaines dalles, construites à diverses hauteurs, et qui ne sont pas référencées sur les plans.  Un démonstrateur imagine avec un grand compte la numérisation et cartographie en 4D de tous les niveaux des dalles qui n’apparaissent pas sur les plans.

Au centre commercial des 3 Fontaines on cherche avec Hammerson de nouvelles applications pour améliorer encore la sécurité des clients.

Et une PME du Val d’Oise a conçu des systèmes électroniques qui coupent l’eau à distance quand de mauvais plaisants s’amusent, nouvelle mode « from NY », à vider les bouches à incendie dans les rues lors des canicules. Ce qui met les citoyens en danger !

Béatrice Monomakhoff

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire