Renaissance de l’Abbaye de Royaumont

0

Ré-ouverte depuis Juillet 2016, l’Abbaye de Royaumont a totalement rénové son offre d’accueil et de séminaires. À 30 km de Paris, cette abbaye cistercienne d’Ile-de-France propose un accueil sur mesure dans un bâtiment magnifié.

82 000 tuiles ont été changées

On n’imagine pas que l’Abbaye a été fondée en1228 par Louis IX quand on entre dans ce lieu lové au cœur du Parc naturel régional Oise-Pays de France sur 7 hectares et qui vous invite, dès l’entrée, à partager la sérénité de son majestueux plan d’eau. Classés monuments historiques, les bâtiments de l’Abbaye sont disposés autour d’un cloître dont les galeries desservaient les lieux de travail et de prière des moines. Depuis des années l’Abbaye de Royaumont, réputée dans le monde entier pour ses concerts et son École de musique, finançait une partie de son fonctionnement avec des activités « séminaires d’entreprise » dont 60 % étaient préemptées par le groupe allemand Metro qui trouvait ce lieu stratégique. Mécène de la Fondation Royaumont, Metro y a organisé pendant 12 ans les réunions de ses cadres venus de Russie, d’Asie et d’Allemagne qu’il faisait converger dans ce lieu via l’aéroport Roissy-CDG situé à 30 km et à moins de 30 mn. Avec un taux d’occupation par Metro de 60 % des chambres et de 80 % des salles de réunion, il était difficile pour la direction de l’Abbaye de diversifier sa clientèle. « En revanche, la permanence des prestations de Metro nous avait permis d’effectuer une première vague de travaux d’amélioration du restaurant et des salles de réunion. »

Quand Metro a déplacé les réunions de ses cadres (changement de siège et de politique obligent) vers d’autres lieux et que parallèlement, le groupe hôtelier Châteauform (Cf.La lettre de l’entreprise n°30) a investi en mars 2016 les communs de l’Abbaye pour y proposer, dans le Palais abbatial re-décoré Art déco, une offre de séminaires pour cadres dirigeants, l’Abbaye de Royaumont a monté un plan de financement exceptionnel et décidé une rénovation en profondeur de ses prestations.

Cuisine à vue

6,6 millions à trouver

Le pari insensé mais réussi qu’a pris Francis Maréchal, son directeur, en juillet 2015, après la perte du partenariat de 12 ans avec le groupe Metro, « mais qui ne nous a pas abandonné et reste le plus gros mécène de la Fondation Royaumont », a été de : « Faire voter un plan de restructuration de la partie hôtelière de l’Abbaye et de trouver 6,6 millions afin de rénover le lieu et de lui redonner une attractivité qui permettrait d’attirer une nouvelle clientèle. Bien sûr, cela impliquait la fermeture pendant six mois ! »

Financé par une « belle alliance privée-publique » comme aime le souligner Francis Maréchal, les financements ont été trouvés à 40 % auprès de la Région lle-de-France, 20 % de l’Etat, 20 % du département du Val d’Oise, 20 % avec un emprunt auprès du Crédit Agricole et auprès de mécénat privé. Ajoutons le geste de Schindler qui a offert l’ascenceur en laiton vieilli qui orne désormais l’accueil.

Chambre 3 étoiles

« Des prestations hôtelières au goût du jour »

Pour qui avait l’habitude de venir, c’est un plaisir de découvrir les améliorations du lieu : des 82 000 tuiles changées une à une sur la charpente du toit aux cuisines refaites « à vue », façon restaurant gastronomique, qui permet d’admirer les chefs en action derrière des vitres… à la douce chaleur qui permet de ne plus grelotter sous les ogives du restaurant de réception !

« On a lancé les travaux fin décembre dans le bâtiment des moines, le plus vaste de l’Abbaye, celui où se trouve l’essentiel du bâtiment hôtelier, commente Francis Maréchal. Les repas son préparés avec les produits du potager créé en 2014. On a rénové les cuisines jouxtant les salles à manger et changé le chauffage thermique de l’abbaye avec des sous stations de redistribution de la chaleur générant des économies d’énergie. Toutes les chambres et salles de bain ont été rénovées niveau 3-4 étoiles et les salles de réunion équipées des derniers moyens audiovisuels. Nous proposons un forfait 24 h à partir de 219 € HT (salle de réunion équipée – 2 repas – pauses – 1 nuit avec petit déjeuner).

Produit très spécifique à ce lieu : dans les anciens combles, huit chambres-studio et une salle de travail, « Le labo », ont été conçues « totalement insonorisées » au point que vous pouvez faire vos gammes de clarinette ou de violon (ou de chant ?) toute la nuit sans déranger votre voisin … Un must dans cette oasis de calme qu’est l’Abbaye de Royaumont, lieu connu et reconnu de nombreux artistes et musiciens avant qu’il ne soit accessible aux hommes d’affaire qui vont désormais s’arracher l’adresse. (cf. contacts dans Index).

Béatrice Monomakhoff

Restaurant bien chauffé

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Les commentaires sont fermés.