Paris, ville lumière de la cosmétique

0

La Cosmetic Valley lance le salon international « COSMETIC 360 » les 15 et 16 octobre 2015 à Paris, au Carrousel du Louvre. Objectif : « Remettre Paris au cœur du marché
mondial de la parfumerie-cosmétique et placer l’industrie française sur le créneau de l’innovation ».

test-scrollingLes salons internationaux de la parfumerie-cosmétique sont tous portés par des sociétés étrangères : Dubaï (Allemands), Cosmoprof Hong–Kong et Bologne (Britanniques et Italiens), Shanghai (Britanniques) ou encore Beyond Beauty Paris (Britanniques). Bien qu’elle soit leader sur le marché mondial de la parfumerie-cosmétique, la France reste cruellement absente dans l’initiative de tels salons, outils indispensables pour la promotion des TPE et PME. Ils leur permettent d’être présentes et visibles dans les marchés internationaux, de se positionner par rapport aux offres étrangères, de trouver des distributeurs et des clients. En témoigne l’empressement avec lequel les membres de la « Japan Cosmetic Center » (cf. article page 13), venus découvrir la filière cosmétique du Val d’Oise en septembre, ont souhaité participer à Cosmetic 360 les 15 et 16 octobre, avec 30 entreprises de leur cluster.

Paris, vitrine de l’innovation cosmétique

Après 20 d’existence, l’Etat a confié une mission nationale à la Cosmetic Valley avec un contrat de performance qui engage ce pôle de compétitivité à l’horizon 2018. Outre ses missions d’accompagnement des PME dans leur stratégie (recherche, accès à des outils structurants et plates-formes technologiques) et leur croissance (accompagnement à l’exportation, formation), la Cosmetic Valley est chargée de coordonner l’écosystème national pour encourager une « politique de filière nationale » avec l’aide des pouvoirs publics. Ce rôle suppose une stratégie de rapprochement avec les acteurs hexagonaux afin de mieux fédérer l’ensemble de la filière française pour la conforter et développer son leadership mondial : signature récente de conventions avec l’Aisne, le Limousin, l’Aquitaine (lipochimie), rapprochement avec le pôle Pass (Pôle de Compétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs, à Grasse), collaboration avec la FEBEA (Fédération des entreprises de beauté), dialogue avec Business France (anciennement UbiFrance, pour accompagner les entreprises à l’export).

Cette mission nationale suppose également le lancement d’initiatives fortes, en particulier dans l’exportation où les PME françaises peuvent trouver des relais sur un marché mondial en pleine croissance : d’ici 2030, le nombre de consommateurs devrait augmenter de 40 % pour atteindre le chiffre de 6,3 milliards ! Parmi ces initiatives : le lancement du salon Cosmetic 360, pivot d’une grande ambition :« Remettre Paris au cœur du marché mondial de la parfumerie-cosmétique et positionner résolument l’industrie française sur le créneau de l’innovation ».

« On ne connait pas la moitié des produits qui seront sur le marché d’ici cinq ans »

La Cosmetic Valley a déployé, depuis plusieurs années, de nombreuses actions de fertilisation croisées entre entreprises et centres de recherche qui ont généré plus de 140 projets de recherche pour 250 millions d’euros. Le pôle compte 200 laboratoires de recherche publics, 8 600 chercheurs avec une expertise dans de nombreux domaines de la recherche en cosmétologie : chimie, physico-chimie, biologie, packaging, formulation, etc. Il a noué des partenariats avec 8 universités et de grands centres de recherche publics : INRA, CNRS, BRGM1… Cette stratégie se concrétise par des innovations de produits ou services qui doivent être valorisées par le biais de congrès ou de salons spécialisés. Or, il n’existe pas actuellement de salons spécifiques à l’innovation dans le domaine de la parfumerie-cosmétique. « 30 % des produits à échéance de 4 ans ne sont pas encore connus et 50% de ceux qui seront sur le marché d’ici cinq ans, souligne Marc-Antoine Jamet, président de la Cosmetic Valley.L’innovation est donc essentielle et ce nouveau salon sera une vitrine pour l’innovation française ».

Les innovations présentées couvriront l’ensemble de la filière : packaging fonctionnel (digital packaging, packaging anti-microbien, packaging interactif associant LED et microprocesseurs….), nouvelles matières (céramiques pour l’emballage ou comme élément de filtration, proposées par les Japonais, matériaux biosourcés), nouveaux actifs (molécules provenant de la cosmétopée, matières premières naturelles anti-microbiennes, actifs anti-pollution, actifs génomiques…), nouveaux outils de test et mesure (rhéologie acoustique sans contact, échographie haute résolution pour applications cosmétiques, objectivation ex-vivo…), nouveaux équipements de production (procédés en continu, impression 3D…), nouveaux produits (billes de parfum sans alcool, bracelet connecté mesurant l’exposition au soleil, patch mesurant l’activité de la peau, cosmétiques sur mesure, beauté connectée, réalité augmentée..).

Un brassage international

Cosmetic 360 bénéficie du réseau de la Cosmetic Valley et de ses partenaires comme la Société Française de Cosmétologie, mais également  des réseaux internationaux de la parfumerie-cosmétique : Polo della Cosmesi (Italie), Japan Cosmetic Center (Japon), Beauty Cluster (Barcelone, Espagne), Biointropic (Colombie), Québec International (Canada), Tahiti Fa’ahotu (Polynésie)… Vous êtes assuré de croiser dans les allées votre futur partenaire asiatique, mexicain ou espagnol.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire