Nouvelles entreprises

0

Vous implantez, créez ou développez votre activité dans le Val d’Oise ou à proximité (60, 78 ou 93) ? Contactez Paul-Marie Guyon :pm.guyon@lalettredelentreprise.com, tél. : 01 30 36 00 27 ou mob : 06 18 99 20 49. Il publiera l’information susceptible d’intéresser les entreprises et les décideurs économiques à qui s’adresse La lettre de l’Entreprise.

Herblay

Aerometals & Alloys   
Boeing dans le viseur
Rachetée à la barre du Tribunal de Commerce en août 2014 par Jean-Paul Carrillon, Pdg d’Acnis Group basé à Villeurbanne (Rhône), Aerometals est depuis 23 ans le spécialiste de la découpe de métaux pour l’industrie aéronautique. Une activité complémentaire à celle d’Acnis qui alimente, elle, le secteur médical (en barres, fils fins ou câbles en titane, un matériau qui possède une excellente biocompatibilité avec les tissus humains et présente une bonne résistance à la fatigue).
Aerometals a quitté ses locaux de Gennevilliers pour s’installer à Herblay en janvier 2015. Locaux dans lesquels sont regroupés les commerciaux et administratifs, et l’unité de production.
À partir de feuilles ou plaques de titane, d’inox, de chrome-cobalt ou autres alliages, l’entreprise livre aux industries aéronautiques et pétrolières ou médicales, des pièces plates ou cylindriques qui, formées, ajustées, usinées, deviendront ailettes, pignons, rotules, cylindres, pièces sensibles d’un aéronef ou de prothèses chirurgicales.
Déjà fournisseur d’Airbus, Airbus Helicopters, Dassault, Safran, Lisi Aerospace, Daher et Laroche, Franck Picard, le directeur général, s’attaque désormais au marché américain pour décrocher Boeing, bien sûr !
Le marché de l’export est très important pour Aerometals. Il représente 50 % de son CA (CA groupe : 30M€ pour un effectif de 40 personnes). L’entreprise est implantée à Sao Paulo (Brésil), Shanghai (Chine) et rayonne partout en Europe. Partout où le potentiel de développement est prometteur Pierre Seisson

Montmagny

Cose… vise aussi l’export !   
Sur les théâtres d’opérations
Créée en juillet 1977 à l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA), Cose est spécialisée dans le développement, l’intégration et la production de systèmes stabilisés destinés à l’imagerie aérienne large champ haute résolution, comme aux systèmes de stabilisation d’armements.
Les systèmes GlobalScanner dédiés aux missions ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance) permettent d’accroître, de jour comme de nuit, les capacités de renseignement sur les théâtres d’opérations où la France est engagée. Transmises en temps réel, les images et cartographies sont analysées par l’état-major, situé parfois à plusieurs milliers de kilomètres, pour prises de décisions et transmission d’ordres aux forces sur le terrain.
Les stabilisateurs de tirs STRIKE sont des bras articulés installés à bord d’hélicoptères. Éliminant toutes les vibrations de l’appareil, ils aident les tireurs d’élite (snipers) dans leurs missions, en les éloignant fortement de leurs objectifs. La sécurité des hommes et du matériel s’en trouve ainsi nettement améliorée au cours de nombreuses opérations spéciales.
Installée à Montmagny, Cose réalise en 2015 un CA de 1,7 M€ pour un effectif de 10 salariés. Son activité dépend essentiellement du ministère de la Défense français. Les exportations représentent 10 % du CA mais la direction est confiante sur l’évolution des marchés extérieurs. PS

Saint-Ouen-l’Aumône

Ibanez Racing  
De la compétition automobile à l’incentive

José Ibanez est né avec un volant entre les mains. Son père, chef mécanicien pour Porsche et Ferrari, lui transmet le virus. José commence le karting en 1996 et devient pilote automobile en 2004. En 2005, il reprend le garage de son père et s’installe dans le parc d’activités des Béthunes. Garage dans lequel tout un chacun peut faire réviser ou réparer son véhicule, de la simple Twingo à la voiture de sport, par des mécaniciens de piste, de vrais spécialistes. Et c’est toujours d’actualité.
Mais, avant tout, Ibanez Racing est une écurie de course. Présente pour la première fois en 2013 aux 24 Heures du Mans comme support technique d’une autre écurie, le Team Ibanez Racing a concouru cette année à la célèbre course et a fièrement terminé 16e au classement général.
Au quotidien, Ibanez Racing loue ses bolides à des «Gentlemen Drivers » pour une course ou pour une saison entière. Mais pas seulement.
Pour motiver le personnel des entreprises, et pas uniquement ses forces de vente, Ibanez Racing organise, pour ses clients, des journées de circuit ou met à disposition un bolide de son écurie dans les halls d’accueil, par exemple. Les entreprises ne s’y sont pas trompées. Plusieurs d’entre elles s’intéressent de près à leurs prestations d’incentive. L’opération, pilotée par le client autour d’une communication interne, débouche sur des récompenses alléchantes, telles que des tours de piste ou des invitations à des courses prestigieuses pour les vainqueurs. Tout est possible, il suffit de contacter José ou son équipe pour concrétiser le projet et l’adapter à ses besoins. Une montée d’adrénaline assurée. PS

Osny

Assistance Générale Protection  
Reconnu par Velux

Frédéric Anfray

Il ne fait pas la une des magazines, ne pose pas en marinière, mais il est fier d’affirmer que ses produits ont tous le label « Made in France ». Il, c’est Frédéric Anfray, Pdg de la holding AGP (Assistance Générale Protection) qui regroupe cinq sociétés, Polet, Spem et Prodexo à Osny, Madicob à Saint-Ouen-l’Aumône et ASCI à Rennes. La sécurité incendie est leur dénominateur commun.
Expert-comptable de ces entreprises pendant vingt-cinq ans, Frédéric Anfray entre au capital en 2012 comme co-dirigeant avec José Alves, son fondateur. Ces entreprises conçoivent, fabriquent (Madicob : bureau d’études et production), posent (Polet) et maintiennent (SPEM) des systèmes de désenfumage, automatisés ou non, telles que les fenêtres de toits ou vasistas qui doivent s’ouvrir pour laisser échapper les fumées. Mais aussi les petits boîtiers rouges, que tout le monde connaît, permettant l’activation manuelle en cas d’alerte et qui sont assemblés dans leurs ateliers d’Osny avec des éléments manufacturés en région parisienne.
Le groupe commercialise aussi les portes coupe-feu, les colonnes sèches et plus généralement tous les systèmes qui assurent la protection des personnes en cas d’incendie. SPEM est agréée pour la formation des équipes de sécurité en entreprise, comme ASCI à Rennes.
Le groupe, et plus spécialement Prodexo, est la seule entreprise en Europe à être certifiée par le Danois Velux, leader mondial dans son domaine, pour la fabrication des systèmes d’ouverture automatique de ses fenêtres de toit. Quoi de mieux pour asseoir une réputation ?   PS

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire