Monsieur le Président, changez de GPS

0

La plupart des GPS offre le choix entre trois itinéraires à leurs utilisateurs.
 L’itinéraire 1, préconisé par le candidat Hollande, était séduisant, efficace et le plus rapide. Il devait réduire la courbe du chômage en un an, ré industrialiser le pays et combattre la finance internationale.
L’itinéraire 2, emprunté par le Président élu, a conduit la France à fermer de nombreuses usines1, aggravé la courbe du chômage au point de laisser 10,2 % de la population active « sur le carreau », fait fuir les start-up avec une fiscalité confiscatoire et s’est terminé dans le chaos avec « les confessions d’un fraudeur solidaire », son ministre du Budget qui prônait la rigueur fiscale tandis qu’il s’enrichissait…
Quant à l’itinéraire 3 ?… Apparemment, il n’y a pas d’itinéraire 3…Le président n’en veut pas. Il a perdu sa boussole. Et l’équipe gouvernementale, semble-t-il, la puce du GPS. Avant même de tracer un nouvel itinéraire, encore doit-il resserrer les rangs autour d’une réelle gouvernance.

Des emplois sans usines

À la veille du 1er mai, le président Hollande a tout de même décidé de déclarer objectif national : « La lutte contre le chômage ». Mais qu’a fait son gouvernement depuis un an, pour juguler la crise ? Certaines mesures prises dans des secteurs comme la construction et le logement, si elles ont redonné le moral, mériteraient d’être accélérées. La consolidation du projet Grand Paris est réjouissante, mais son calendrier peu enthousiasmant et son financement flou.
Et surtout, face aux fermetures des anciens fleurons industriels
de l’automobile, de la sous-traitance (Goodyear…) et de la métallurgie (Petroplus, Florange ou Rio Tinto) dont les usines s’arrêtent, preuve criante de la désindustrialisation de la France dont l’industrie manufacturière ne représente que 10 % du PIB –contre 22 % en Allemagne et 16 % en Italie–, qu’a-t-il été entrepris ? Les gesticulations, vite freinées, d’un Arnaud Montebourg ont évité le pire, mais il ne semble pas pour autant que le Premier ministre et son gouvernement aient pris le problème à bras le corps ! Il y a pourtant le feu à notre économie marchande quand on sait que d’autres fleurons de la distribution (Fnac, Virgin, La Redoute, Darty, etc.) voient leurs recettes fondre sous les emprises d‘Amazon, d’AppleStore etc… Ou que l’industrie pharmaceutique, à qui l’État demande de « faire 2 milliards d’économie », dégraisse à tout va !

Et 36 h en Chine…

Je ne sais pas ce que vous avez découvert en Chine, Monsieur le Président pour votre premier voyage. J’ose espérer que vous avez pu y constater que, là-bas, tout le commerce transite par Internet.

Pourquoi ne pas écouter certains économistes qui préconisent de ré industrialiser notre pays en misant sur les technologies de l’information et de la communication, les nanotechnologies ou les biotechnologies ?
Oui, je crois qu’il est temps de changer de GPS Monsieur le Président !

1- Établissements en difficulté depuis mai 2013 : PSA, Sanofi, Doux, Fralib, Rio Tinto, Doux, Petroplus, Virgin, Goodyear…
Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire