L’Expo Universelle, accélératrice de projets

0

Dès mars, Arnaud Bazin, président du Conseil départemental du Val d’Oise, a tout mis en œuvre pour convaincre et mobiliser acteurs du territoire, élus et chefs d’entreprise du bien-fondé de la candidature du Triangle de Gonesse qui, pense-t-il, doit être soutenue par l’écosystème politique, économique et universitaire pour être crédible.

Arnaud Bazin, Président du Conseil départemental du Val d’Oise

La Lettre de l’Entreprise : Pourquoi croire aux chances du Triangle de Gonesse ?

Arnaud Bazin : Cette candidature rassemble tous les acteurs présents et actifs sur le territoire du Val d’Oise et bien au-delà. Jean-Christophe Fromantin, président du comité ExpoFrance 2025 avait précisé au départ du projet que « l’épicentre de ce village sera sur un site de 30 à 40 ha, au plus près d’une nouvelle gare du Grand Paris Express ». Le Triangle de Gonesse répond en tous points à cette attente. Notre candidature déploie des d’atouts indéniables en termes de foncier et d’accessibilité : plus 100 hectares disponibles, une station du futur métro du Grand Paris Express (ligne 17), un site entre Paris et le monde (11min de Paris Charles de Gaulle et 6 min du Bourget), et une gare TGV à proximité. Du Triangle de Gonesse, vous avez une vue panoramique sur Paris et la Tour Eiffel. De nombreux équipements touristiques et de loisirs contribueront à l’attractivité du territoire, dont EuropaCity en 2024. La candidature est également un projet urbain durable et innovant, avec une reconversion dans le programme de ZAC extrêmement qualitatif et compact et une démarche RSE ambitieuse. Le Triangle de Gonesse c’est le trait d’union entre l’urbain et le rural, l’identité de notre territoire.

La Lettre de l’Entreprise : Comment le Val d’Oise a-t-il décidé de se porter candidat ?

Arnaud Bazin : Au-delà du Val d’Oise, c’est une candidature collective qui rassemble les collectivités du Grand Roissy et de Gonesse, elles aussi pleinement engagées. Dès mai 2015, les élus du Conseil départemental ont voté une motion de soutien à la candidature pour accueillir le site global sur le territoire. En septembre dernier, avec le député maire de Gonesse, le Président de la communauté d’agglomération Roissy Pays de France, et le directeur d’EuropaCity, nous avons réaffirmé notre volonté commune de porter cette candidature. Depuis, une équipe projet composée d’experts des différentes collectivités engagées et de Grand Paris Aménagement développent une vision partagée pour la candidature..

La Lettre de l’Entreprise : Pensez-vous qu’un tel projet favorise les infrastructures du territoire ?

Arnaud Bazin : Oui tout à fait, l’accueil du village global dans le Triangle de Gonesse serait un événement porteur d’un dynamisme unique pour la croissance et l’emploi dans ce territoire. Il serait également un accélérateur pour de nombreux projets de transports. Pour accueillir les nombreux visiteurs du village global, il faudra mettre en œuvre dès 2025 la ligne 17 du Grand Paris Express, le CDG Express, le lien RER D – RER B ainsi que les projets de transports en sites propres tels que le Roissyphérique, le COMET, le TCSP de l’avenue du Parisis.

« La connaissance à partager, la planète à protéger »

La Lettre de l’Entreprise : Bien qu’un peu ésotérique, la thématique de l’expo « la connaissance à partager, la planète à protéger » vous semble-t-elle « parler » aux Valdoisiens ?

Arnaud Bazin : Les thèmes de « connaissance à partager » et de « planète à protéger »  correspondent aux activités de nos entrepreneurs et de nos étudiants. Le village global se veut être le pivot de l’exposition universelle en 2025. Il accueillera tous les pays du monde et leur proposera de s’inscrire dans une démarche de coopération internationale et de solidarité. Ce sont les valeurs de notre territoire que nous portons avec l’ensemble des acteurs et les valdoisiens. Nous sommes là aussi « bien en phase ».

Et un dernier challenge est d’avoir programmé la reconversion du site de l’Expo Universelle en un parc des patrimoines immatériels… Une continuité pour les emplois créés.

Propos recueillis par Béatrice Monomakhoff

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Les commentaires sont fermés.