L’empêcheur de tourner en rond

0
Comment  résoudre cette fichue crise du chômage ?

Fin août, on a cru un instant que la courbe allait s’inverser. Que nenni : en septembre, les espoirs s’effondraient un peu plus. Et chacun d’y aller de ses explications, voire de ses accusations : les dépenses de l’État ne baissaient pas, les aides promises aux entreprises sont reportées au premier trimestre de l’an prochain, le fisc se rappelait au bon souvenir des contribuables… tout en communiquant sur les deux et quelques milliards que les exilés fiscaux allaient payer en plus cette année. Au mieux…

Politiquement, la « majorité» montrait ses divisions, certains en profitant pour prendre en exemple les résultats électoraux en Grèce et en Espagne. Il est vrai que le climat général n’est pas à l’euphorie. Nos compatriotes, y compris les 9 millions de foyers exonérés d’impôts, se demandent où l’on va. Il semblerait que la confiance soit bigrement remise en cause.

Vers qui se tourner ?

Chacun sait que, plus que jamais, c’est la confiance qui est fondamentale. Finie l’époque ou l’on se contentait des affirmations sous les préaux des écoles, voire de croire ce que la télé montrait. Avec l’arrivée d’Internet, avec un niveau moyen d’éducation qui ne cesse de s’améliorer, avec des personnalités de gauche ou de droite qui font des aller et retour politiques plus ou moins nuancés, l’électrice ou l’électeur, plutôt perdu, renvoie les élus dans leur monde. Le citoyen ne sait plus à quel saint se vouer en  découvrant les manœuvres auxquelles se livrent les partis et leurs courants. Vers qui se tourner ?

Restent l’entreprise et le bénévolat.

Les entreprises : mauvaise image elles aussi. Elles ont fait de super bénéfices et les actionnaires se sont gavés. C’est vrai pour les grandes. De plus, elles ne sont pas très honnêtes, cf. Volkswagen. Quant aux petites, elles payent les pots cassés. Les banques sont très regardantes et peu compréhensives… ça ne change pas ! L’État s’égosille en effets d’annonces.

Lueur d’espoir : la solidarité entre entreprises. Et si les grandes aidaient les petites ! L’idée n’est pas neuve. Il faudrait la vulgariser.

Bon nombre de grandes entreprises, ici et de l’autre coté de l’Atlantique, y sont allées, voyant la possibilité d’associer leur marque à une image dynamique, solidaire voire généreuse. Auchan, chez nous, a su développer une véritable galaxie de distributeurs allant des hypermarchés à la distribution de bricolage qui emploie aujourd’hui près de 300 000 personnes. Mais souvent, le parrainage d’entreprise c’est la possibilité de voir éclore une autre façon de produire ou de manager sans prendre de risques inconsidérés. Ce fut, aux États-Unis, le cas de General Electric qui a soutenu le constructeur automobile Saturn.

Mais aussi répandre, rendre naturelle, spontanée cette démarche.

La start-up (ou jeune pousse) est une jeune entreprise à fort potentiel de croissance qui bénéficie la plupart du temps de levée de fonds. Mais l’argent ne suffit pas. La start-up, par définition, a un projet de produit, mais elle n’a pas l’expérience de l’entreprise, de ses contraintes, des arcanes administratives, des relations avec les banques, de son développement…

Là aussi, l’expérience de ceux qui vivent ces préoccupations au quotidien sera précieuse. Relations de confiance qui sont essentielles au développement… sauf que ceux qui créent et sont à la fois au four et au moulin vivent mal une administration perçue comme un empêcheur de tourner en rond.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire