L’AFMAé, porte ouverte sur l’avenir

0

Et si votre fils ou fille « qui ne sait pas quoi faire » se formait pour être stratifieur drapeur¹ ou chaudronnier² dans l’aéronautique ? C’est une excellente suggestion, vers un secteur qui cherche désespérément de la main d’œuvre. Dans le Val d’Oise, le CFA de l’AFMAé³ de Bonneuil-en-France peut accueillir 700 apprentis et reconvertir 1 500 salariés ou chômeurs vers les métiers de l’aérien. Visite guidée par Muriel Caristan et son équipe.

La France souffre de désindustrialisation, certes. Mais on sait aujourd’hui que la transversalité industrielle permet à des salariés de se reconvertir dans de nouveaux métiers et que la réforme de la formation, valorisant apprentissage et formation professionnelle tout au long de la vie, offre un tremplin pour y parvenir. Encore faut-il être informé ou curieux.

Alors que le secteur aérien recrute par milliers chaque année, il est paradoxal de constater que toutes les places ouvertes pour des formations en alternance dans des entreprises du secteur n’ont pu être honorées en 2019, fautes de candidats, malgré les conditions offertes, les perspectives de carrière, et une rémunération de plus de 1000 € par mois.

L’AFMAé, (Association pour la formation aux métiers de l’Aérien) a été fondée en1996 par quatre acteurs principaux : Air France, Aéroport de Paris, la FNAM (fédération nationale de l’aviation marchande) et le GIFAS (groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales). Depuis 23 ans, L’AFMAé a formé aussi bien des mécaniciens de maintenance que des agents d’escale pour Air France, Airbus, Dassault… nos grands champions tricolores. Mais le secteur évolue.

afmaé

Les pièces aéronautiques fabriquées à l’AFMAé de Bonneuil-en-France

Plus près du Bourget et de Roissy CDG

L’AFMAé a quitté son siège de Massy et s’est installée à proximité du Bourget et de Roissy pour se rapprocher des bassins d’emploi de ses entreprises partenaires. Elle a aussi agrandi le site de Paris-Saclay sur l’aérodrome de Toussus-Le-Noble (78). Depuis septembre 2019, les apprenants de l’AFMAé sont accueillis au site de Paris-Le Bourget à Bonneuil-en-France (95), et à celui de Toussus-Le-Noble (78). Le centre de Bonneuil s’étend sur 6 000 m². Il peut accueillir en alternance 700 apprentis en formation Aéronautique ou Gestion de la Relation Client. Il dispose de 4 000 m² de salles de classes et de bureaux administratifs au mobilier flambant neuf, dont l’ergonomie a été soigneusement réfléchie. Ces salles sont adossées aux anciens ateliers, reliques de la période Thalès, permettant de mettre les « apprenants en situation technique réelle ». Dans un immense hangar, un Falcon 50 « vivant », ayant conservé tous ses systèmes opérationnels, est maintenu en condition par les apprentis au cours de leurs différentes formations . Il voisine avec un Super Puma encore porteur de son immatriculation norvégienne.

L’offre complète d’AFMAé

Une batterie de métiers est proposée aux étudiants du CFA d’AFMAé : avionique, aérostructure, personnel navigant commercial et formation aux métiers d’opérateurs, stratifieurs drapeur (pales d’hélicoptères), ajusteurs monteurs, câbleurs aéronautique, intégrateurs cabines pour équiper l’intérieur des avions.

° Les candidats
– Les alternants (contrats d’apprentissage) qui ont entre 16 et 29 ans (de la fin de la seconde) pour offrir des formations diplômantes ;
– Les demandeurs d’emploi en reconversion professionnelle qui intègrent des parcours diplômant en contrats de professionnalisation ;
– Les salariés du secteur aéronautique qui souhaitent évoluer (formation continue).

° Les entreprises partenaires du Val d’Oise et alentour
120 entreprises sont partenaires du CFA : Air France, Airlines (ex Aéropostale), Dassault Aviation, Dassault Falcon services, Europ endlind GEH, Nayak aircraft services Italy, UDS (Tremblay), AIRBUS (93), Ariane group (78) et aussi de nombreuses PME comme Lheritier, Aviatec, Aertec, Semia, Laroche Group, etc.

Par exemple, en 2019, sur 487 apprentis de l’AFMAé à Bonneuil, 285 travaillaient dans ces entreprises du Val d’Oise. Le CFA accueille aussi 1 500 salariés ou demandeurs d’emploi en formation professionnelle à Bonneuil et dans des entreprises partenaires

Muriel Caristan,

Muriel Caristan, déléguée générale de l’AFMAé

« Le cœur de métier de l’AFMAé est d’aller chercher les talents qui s’ignorent, de les conforter dans des métiers qui souffrent d’une image « pas pour moi », explique Muriel Caristan à la fin de notre parcours dans ce centre tonique. Notre tâche est de convaincre les candidats qu’ils sont aptes à accéder à ces types de métiers, métiers en pleine croissance ».

Pour vous convaincre de la noblesse de ces métiers, vous êtes attendus aux portes ouvertes organisées le 25 janvier à Bonneuil-en-France, vous ne serez pas déçu… et même sans enfant, vous découvrirez des métiers ignorés dans un lieu très agréable.

 

Béatrice Monomakhoff

 

1- Le stratifieur/euse-drapeur/euse aéronautique fabrique les pièces composites complexes nécessaires à la construction d’un aéronef, souvent les pales d’un hélicoptère.
2-  Le chaudronnier crée des éléments de structure de l’avion
3- L’Association pour la formation aux métiers de l’Aérien
4- Financé à 250 000 € par le département du Val d’Oise.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire