La transformation

0

La « transformation » de l’entreprise touche la globalité du marché car le monde de la finance, du business, du commerce a été profondément modifié par la révolution numérique et la désindustrialisation du travail. Si la transformation digitale est impérative à toute entreprise, celle-ci n’est qu’un aspect de la transformation complète des entreprises qui nécessitent de revoir en profondeur l’organisation managériale, les enjeux de la marque ou du développement commercial et la gestion des ressources humaines. Cette transformation représenterait, aux dires de Valtus, l’un des cabinets européens dits de transition, 50 % du marché.

Pour affronter une crise ou une transformation, les entreprises ont, depuis les années 80, fréquemment recours à des managers de transition. Le manager de tansition pourvoit aux besoins d’entreprises – des grandes multinationales aux jeunes pousses – en leur trouvant un dirigeant expert pour des missions temporaires plus ou moins longues sur des chantiers de transformation, des développements d’innovation, voire des situations d’urgence.»

Si le manager de transition n’est pas plus créatif et imaginatif à tous les coups, il offre un regard neuf face à une situation en tension. Mais une nouvelle génération qui a trouvé des opportunités de carrière dans le management de transition a vu les contours des interventions se redéfinir. L’intelligence artificielle et l’uberisation de l’économie ont quelque peu changé la donne du marché qui se doit de proposer des managers de transition « innovants » et enclins à proposer des solutions en « phase ».

Valtus, profession transformer

Valtus s’est hissé à la 1ère place du secteur, accompagnant 27 entreprises du CAC 40, plus de 200 ETI et de nombreuses grandes PME. Réalisant un chiffre d’affaires de 48 M€ en 2018, soit deux à trois fois plus que le numéro deux du secteur (X-PM, leader français de l’« executive interim »).
« Il y a 10 ans, nous réalisions 6 M€, précise Thierry Grimaux, l’un des associés fondateurs. Nous progressons de +25 à +30 % annuellement depuis 2007 car nous avons « industrialisé » nos process. La moyenne d’âge des 15 associés ou directeurs associés est de 52 ans. Nos 10 RH en back office ont tous fait une ESC ou équivalent et exercent la responsabilité du sourcing par métier. Nous faisons un métier de dentiste, nos clients ont une douleur, un problème et nous devons agir vite et bien » explique Thierry Grimaux.

Les cabinets de transition se sont multipliés car leurs tarifs sont attractifs versus les grands cabinets de conseil internationaux. Le coût global est 3 à 4 fois moindre car les managers travaillent généralement sans assistants et sont directement opérationnels. Le risque est diminué par l’expérience. Le cabinet de transition accompagne ses managers de ses conseils et de son expérience et met à leur disposition une boite à outils. « La 1ère qualité que nous demandons à nos managers, c’est l’agilité, c’est de proposer des solutions en avançant » conclut Thierry Grimaux.

La crise économique ou financière génère environ 15 % du marché de la transition, analyse T. Grimaux,  alors que c’était le marché référence dans les années 80-90. L’amélioration de la performance, comme travailler mieux ses achats, ses process, ses systèmes… pèse 15 % du marché (c’était 50 % il y 5 ans). La transformation, dont la transformation digitale n’est qu’un aspect et où l’on trouve aussi bien des enjeux d’organisation, de marque employeur ou de développement commercial, représente aujourd’hui 50 % du marché. Enfin, le remplacement poste à poste, soit 20 % du marché, regroupe le remplacement pour congés maternité ou maladie, avec une logique de continuité de service.

transformation


MNM Consulting : la transformation sur-mesure

Les transformations profondes, en cours dans toutes les organisations, ont révélé la nécessité absolue de s’appuyer sur les managers pour assurer agilité et sens. Les organisations ont donc intérêt à renforcer les capacités de leurs managers en leur fournissant des outils et des pratiques qui développent leur autonomie, tout en assurant la cohérence du mouvement d’ensemble sur plusieurs trimestres.

Cabinet de conseil et d’innovation en management créé en 2002, MNM Consulting accompagne depuis 17 ans la transformation des organisations. Structure légère de 20 consultants, il accompagne ses clients de la réflexion stratégique à la mise en œuvre opérationnelle et renforce les capacités des managers à conduire leurs équipes vers la réussite.

« Notre approche est de travailler ensemble, avec les managers, pour développer leurs meilleures pratiques et leur transmettre des outils d’animation et de pilotage innovants, développés par nos travaux de R&D » indique Julie-Laure Muscat, directrice chez MNM Consulting. « Notre objectif est de lancer et sécuriser la dynamique chez nos clients et pas de mener la transformation à leur place. »

Cette approche sur-mesure, menée par des équipes courtes de consultants expérimentés, privilégie des approches simples et très participatives. Elle accélère les transformations et l’atteinte de résultats concrets et contribue au développement de pratiques de management durables.

Récemment, MNM Consulting a aidé un Groupe mondial à déployer sa nouvelle organisation Achats, un autre Groupe à aligner la stratégie digitale de ses 18 filiales internationales mais aussi une collectivité territoriale à déployer la culture agile chez ses managers.

Malakoff Médéric Humanis numérise les data

« Se transformer, mode d’emploi », tel a été le thème de l’université numérique du MEDEF qui s’est tenue à la station F, le 20 juin 2019, révélant que toute entreprise, grande ou moyenne, est confrontée, à un moment de son histoire, à une transformation en profondeur. C’est le cas du groupe de protection sociale Malakoff Médéric Humanis (12 000 personnes, 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires) qui a transformé son business model en travaillant étroitement avec 6 start-up : l’une d’entre elles, H4P (Health For People), fondée par Marc-Antoine Sergeant, a créé un outil, ou « asset technologique », qui permet de convertir la connaissance papier des données médicales en data. Un enjeu majeur de connaissance prédictive pour un acteur de la protection sociale.

Malakoff Médéric Humanis a décidé de créer un fond d’investissement où chacune des 6 start-up apporte des briques technologiques associées à des expertises métiers. Elles se sont intégrées dans les locaux du Groupe. « On n’est plus dans le POC¹ dans l’expérimentation, mais bien dans la production du business. L’enjeu, c’est la rapidité et la qualité d’exécution » précise David Giblas, directeur de l’innovation et pilote des partenariats santé, digital et data du Groupe.

la transformation

Propos recueillis par Oliver Cerf et Béatrice Monomakhoff

 

1- POC : Une preuve de concept (de l’anglais : proof of concept, POC) ou démonstration de faisabilité, est une réalisation expérimentale concrète et préliminaire, courte ou incomplète, illustrant une certaine méthode ou idée afin d’en démontrer la faisabilité.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire