La concurrence n’est pas déloyale

0

En dépit du coup de tonnerre déclenché par l’élection de Donald Trump aux USA, et de la redistribution inattendue des cartes de la droite en France, les candidats à l’élection présidentielle ne proposent toujours aucune réflexion profonde sur les changements de « business models » que subit notre économie. À commencer par notre futur-ex président lui-même qui a raté sa reforme du code du travail et son « quinquennat », osons le dire, au point de transformer cinq de ses ministres, en candidats à sa propre succession ! Avant de jeter l’éponge pour dire qu’il n’y va pas…

Mutualisation, ubérisation

Pourtant… en Île-de-France, les communautés de communes s’assemblent, cinq départements s’unissent pour créer l’Axe Seine, les ETI se fédèrent, les PME1 se lancent dans la transformation numérique et les jeunes générations ne travaillent plus qu’en réseaux dans les entreprises. Surtout dans les start-up et dans la French Tech où les notions de « lieu et de temps de travail » sont revues en profondeur.

Le numérique, devenu « industrie digitale », a transformé tous les modèles économiques. En attendant, mutualisation et autres « ubérisations » sont en marche pour pallier le choc de la désindustrialisation.

Dur, dur mais réaliste

« L’usine de demain ne doit pas forcément être une usine qui emploie mais une usine qui produit »« Le but de l’économie est bien de préparer les emplois de demain et non de préserver ceux d’aujourd’hui » scandait l’économiste JM Daniel à un parterre d’entrepreneurs.

Un mur sépare nos politiques empêtrés dans la dette publique des jeunes créateurs et animateurs de start-up qui, eux, n’ont pas peur des robots et ne jugent pas la concurrence « déloyale ».

« Si vous ne vous vous intéressez pas à votre client, on vous le pique, normal ! » n’hésite à rappeler le DG de Dassault Systems.

Industrialisation… de services

Ennemi déclaré de la dette publique, Thierry Breton, ex-ministre de l’Economie et pdg d’Atos, vient de recevoir le grand prix des 7e Assises de l’Industrie du magazine Usine Nouvelle pour la vitalité de son groupe : tout un symbole … car Usine Nouvelle, rendons-lui grâce, est un des rares confrères qui parle encore d’industrie, et c’est bien à une méga SSII qu’elle remet son prix 2016 ! « Nous sommes la plus vieille entreprise de services en France, aujourd’hui entreprise industrielle des données qui compte 100 000 salariés, au chiffre d’affaires de 12 milliards d’€ dans 72 pays, dont 300 millions € investis en R&D » a rappelé Thierry Breton lors de la réception de son prix.

Bon courage Franck Terner !

Pas de mutualisation, mais un changement d’équipe à Air France pour lutter contre une concurrence qui plombe l’avenir de la compagnie française depuis plusieurs années et met en péril le bassin d’emploi autour de Roissy.

Les vents très concurrentiels qui « menacent » les emplois des pilotes et collaborateurs dans toutes les strates de la compagnie sur les parts de marché (vols long-courriers en low cost) captées par Emirates et Qatar Airways2, prouvent encore et toujours que le client est roi. Une règle d’or à appliquer pour sauver les emplois dans notre économie mondialisée.

Franck Terner3, nouveau dg d‘Air France, va co-piloter la compagnie française aux côtés de Jean-Marc Janaillac qui cumule les fonctions de pdg à la fois d’Air France-KLM et d’Air France. Bon courage à eux !

Tiens bon la barre … hisse la haut !

L’édito du précédent numéro s’intitulait « Sous l’eau », en apostrophe à notre président et à sa politique économique qui met chefs d’entreprises et collectivités locales sur la paille… Cela a aussi été le cas pour notre agence éditrice de « La Lettre de l’Entreprise » qui a bien failli couler en juillet 2016.

Victime du marché publicitaire en berne, nous avons été « sous l’eau » toute l’année 2016… L’année 2017 s’annonçant sous de meilleurs auspices, nous avons plus que jamais besoin de votre soutien pour que vive votre Lettre de l’Entreprise. Merci au Conseil départemental du Val d’Oise, au CEEVO et à la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise pour leur soutien publicitaire depuis la création du magazine en 2007. Nous invitons nos annonceurs historiques du secteur privé et nos nouveaux lecteurs du digital à les rejoindre… En vous rappelant que la LdE, c’est aussi 11 000 contacts qualifiés à chaque numéro.

Béatrice Monomakhoff

beamono@lalettredelentreprise.com

www.lalettredelentreprise.com

www.facebook.com/lalettredelentreprise

twitter : @lalettredelentr

1 Baromètre Eurosearch et associés : 37% des PME-ETI indiquent leur souhait de transformation numérique dans les 12 mois à venir pour contrer l’émergence de nouveaux concurrents, l’arrivée de produits innovants et la crainte d’ubérisation de leurs services.

2 Lire aussi : http://www.lalettredelentreprise.com/Juniac-contre-Antinori (Cf. dans Lde 32 – pages 4-5 de juin 2015 le truculent débat entre Alexandre de Juniac (Air France-KLM) sans doute déjà sur le départ, et Thierry Antinori (Emirates) sur le partage du ciel entre les compagnies aériennes du monde au Paris Air Forum).

3 Ex pdg d’AFI KLM : Air France Industries.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire