Jamais sans ressources

0

David contre Goliath ?

C’est ainsi qu’on serait tenté de décrire les combats que mènent les commerçants contre les géants du Net et les GAFA¹ qui dévorent leurs clients à coups de « data » et de livraison « on demand » depuis près d’une décennie. Disquaires, libraires, agences de voyages… en ont fait les frais les premiers. Les premières victimes se relèvent à peine que des professionnels de la vente directe, comme Yves Rocher ou La Redoute, sont touchés à leur tour. Les géants de l’électroménager – tel Darty qui s’associe à la Fnac – ou de l’alimentaire comme Leclerc ou Carrefour doivent transformer leurs circuits de distribution pour lutter contre l’impérialisme de ces avaleurs de data qui cannibalisent leurs clients et tuent leurs marques. Cette révolution touche toutes les strates de la société : consommateurs, artisans, grands et petits distributeurs, car elle révolutionne nos modes de consommation, voire de vie, même si elle pousse à inventer sans cesse de nouveaux métiers.

Alliances et social selling

Ces dernières années, on ne compte plus les alliances (accords et désaccords) de nos fleurons français et européens pour survivre : Leclerc avec l’Allemand Rewe², Auchan avec le Chinois Alibaba, Casino, via Monoprix, avec… Amazon. Et Carrefour vient de signer avec le Britannique Tesco, début août. À chacun sa stratégie. Deux d’entre eux s’expriment sur le sujet.
Michel-Edouard Leclerc s’est préparé, avec ses bases logistiques 2.0, à investir de nouvelles places fortes comme Paris.
Bris Rocher, pdg du Groupe Rocher, opte, lui, pour la vente directe, son ADN, et le « social selling » après avoir racheté Arbonne (USA). Les deux travaillent de concert avec leurs partenaires experts.

Tendance écolo bio

Qui aurait imaginé que les enfants des soixante- huitards, précurseurs du bio, seraient ceux qui aujourd’hui prônent les « achats de denrées sans emballages » et sont devenus les premiers ambassadeurs du bio et du développement durable ?

Ces 30-40 ans, consommateurs de data à outrance et de kérosène pour leurs week-ends Airbnb aux quatre coins de la planète (ils ne sont pas à une contradiction près…) sont aussi les premiers garants du « manger mieux », « acheter bio » et du « gaspiller moins ». L’application YUKA³ qui évalue la qualité nutritionnelle, les additifs et la dimension bio de chaque aliment (non frais) scanné en magasin fait un tabac dans les mains de ces enfants de 68, mais aussi dans les nôtres. Telle d’autres applis de son secteur, elle contribue à gérer ces ressources si précieuses que sont les denrées alimentaires, nous poussant à manger mieux et à avaler moins d’additifs : huile de palme and so on… À consommer avec modération tout de même ! Yuka n’est pas notre nutritionniste et se contente de faire un tri informatif dans les multiples données des étiquettes.

Il n’y a pas que les 30-40 et leurs parents agitateurs concernés par la préservation de la planète ! Les Français, consultés par sondage suite à la démission de Nicolas Hulot, seraient 52 % à juger prioritaires dans l’action gouvernementale l’écologie et la protection de l’environnement. Paroles, paroles ? On verra comment s’en sort notre nouveau ministre de l’Écologie François de Rugy.

Le sens des valeurs

Pendant 6 mois et jusqu’au printemps 2018, La lettre de l’Entreprise a mobilisé ses collaborateurs pour créer un « Club des ETI Val-d’Oise ». Elle remercie vivement les présidents d’entreprise de ce département qui ont répondu à l’appel de Philippe d’Ornano, vice-président du METI, via la communication menée sur ce club.

L’évolution du club a voulu que celui-ci, en devenant le Club ETI Île-de-France, choisisse de se développer dans la structure plus politique et administrative qu’est la Région Île-de-France. Nous lui souhaitons, ainsi qu’aux chefs d’entreprise qui s’y sont engagés, de réussir dans cette nouvelle aventure porteuse de grands projets. Pour sa part, La lettre de l’Entreprise reste attachée aux combats menés par le METI et à ses valeurs, détaché de toute adhésion politique.

Se sauver soi-même

Que retiendra-t-on de l’actualité de l’été 2018 ? Je pourrais parler du nouveau pdg d’Air France venu du Canada, Benjamin Smith, avec une solide expérience du low cost aérien, qui pourrait sauver notre emblème national s’il n’était, dès son arrivée, décrié par les syndicats du groupe… Ou des usagers de l’A15 qui, en dépit des efforts de Marie-Christine Cavecchi, vont galérer jusqu’à Noël sur 2 voies…

Je préfère privilégier une information grandiose qui n’a donné lieu qu’à quelques lignes dans notre presse écrite et n’a fait que très peu d’audience sur les chaînes d’info en continu : l’arrivée en France des CAR-T cells qui traitent certains cancers du sang en modifiant génétiquement les cellules du patient. Une révolution venue d’Amérique pour traiter la leucémie, particulièrement chez les enfants. Merci à notre confrère Le Parisien d’avoir publié une page entière sur ce sujet ce 10 août.

Sauver la planète, c’est bien ! Soigner tous les cancers, grâce aux révolutions technologiques c’est fabuleux. L’homme est lui-même une ressource inépuisable. Qu’on se le dise !

1 – Gafa : Google, Apple, Facebook et Amazon.
2 – Les deux distributeurs ont fondé en juin 2016 la centrale commune d’achats Eurelec.
3 – Application indépendante, sur la base de données collaborative Open Food Facts pour l’alimentaire. La base de données cosmétiques est plus contestée.
4 – Sondage Ifop pour Le JDD 02-09-2018.
5 – ETI : entreprise de Taille intermédiaire et METI : Mouvement des ETI.
6 – Présidente du Conseil départemental du Val d’Oise : elle a créé le comité de défense des riverains et usagers de l’A15.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire