Info crash, info crache, info trash…

0
Il y a l’info en continu qu’on absorbe sur des écrans de toutes tailles, partout et à toute heure et il y a l’info qu’on lit encore parfois sur du papier… et qui fait réfléchir et souvent se poser des questions.

Il y a l’info des attentats de plus en plus nombreux qui nous envahit sourdement d’heure en heure et celle des crashes d’avions de plus en plus fréquents qui nous angoisse et perturbe nos anciens, rivés à leurs TV, seules voix permanentes de leur vies trop souvent solitaires.
Il y a cette logorrhée verbale de mots et d’images qu’on appelle désormais « l’info en continu », mais est-ce encore de l’info ?

Est-ce de l’information de voir en boucle un policier se faire tirer dessus (Charlie hebdo), ou les images de deux hélicoptères qui s’enflamment (Argentine) ? Est-ce de l’information de contempler pendant des heures des familles pleurer leurs morts ensevelis dans la mer (océan indien) ou calcinés dans un crash d’avion (Digne) ; ou encore d’écouter des « experts » deviser sur une « non information » d’un accident dont ils ne connaissent même pas la cause ? Pierre Lazareff (génial patron de France-Soir et producteur de TV) aurait-il imaginé faire un sujet dans « 5 colonnes à la une »  sur un accident d’avion dont on ignore la cause ?

De tous temps il y a eu des faits divers. Des journalistes prenaient leurs plumes ou leurs micros et leurs caméras pour conter l’émotion, l’effroi et les douleurs qu’ils suscitaient. Avec talent. Chaque chose à sa place.

Loin de moi d’idée de prêcher le “muselage” de l’information, et vive les moteurs de recherche, les échanges de data, les Facebook et autres Linkedin utilisés à bon escient qui ont révolutionné nos façons de penser, de chercher, travailler… et vont même un jour transformer notre système de santé. Le progrès est en marche ! (Cf. ITV de Nicolas Bouzou p.4-5). Mais pléthore de biens n’autorise pas tout et n’importe quoi. Si notre confrère Didier Adès s’insurge dans sa rubrique (page 7) sur le « Toujours plus vite » qui a amené l’AFP à annoncer, par erreur, la mort d’un Martin qui n’était pas Bouygues, je veux m’arrêter sur le « que doit-on privilégier dans l’information ? : le fond ou la forme ? Le scoop à tout prix ou l’info vérifiée et enrichie ? A-t-on encore le choix ? Être le premier à dire n’importe quoi, ou le second à dire vrai ? »

Notre credo : vérifier l’info

Dans le domaine que nous couvrons à La Lettre de l’Entreprise, les entreprises et le développement économique des territoires, il est vrai qu’il y a rarement des scoops ! Mais il y a des nouvelles à annoncer rapidement, et tous les moyens sont à notre disposition pour faire passer les messages sans déroger à la déontologie de notre métier de journaliste, qui est avant tout de vérifier l’information, quelle qu’elle soit, avant de la publier ! C’est notre credo.

Dans notre magazine, et depuis sa création en 2007, notre souci permanent a été d’aller plus loin dans l’information, pas forcément plus vite ! pour décrypter, aider à comprendre, vulgariser des choses complexes et au-delà, aider à intégrer des nouveautés (territoires ou entreprises), à être apporteur d’idées, voire même à favoriser les rencontres de personnes ou d’entités. Nous souhaitons plus que jamais continuer dans cette voie en enrichissant notre rédaction d’experts et en vous offrant un dialogue plus fréquent avec eux.

Conscients de vivre au XXIe siècle, et pour mieux assurer la veille de vos activités, votre business, vos projets de développement territorial, nous avons mis en place trois outils d’info — non pas en continu– mais d’investigation de terrain.

Au jour le jour, nos journalistes se rendent à des manifestations ou des salons où vous êtes, dans le nord-ouest de l’Île-de-France ou à Paris et publient des infos et photos sur notre page www.facebook.com/lalettredelentreprise
accessibles à tous et couplées à notre compte twitter @lalettredelentr

Pour une information hebdomadaire plus pointue, souvent complétée par l’interview de l’un d’entre vous, chef d’entreprise ou institutionnel, Rdv sur la page d’accueil de notre site lalettredelentreprise.com où nos articles, exclusivités web, sont en lecture libre.

Chaque trimestre, pour les abonnés qui apprécient nos dossiers d’investigation, retrouvez La lettre en format pdf et tous les articles au format numérique « pratique pour faire suivre » ou pour enrichir vos dossiers de presse.

Que vous soyez Valeo, grand équipementier (cf. p 14-15), STACI une ETI qui grandit (cf. p 17) ou AES, nouvelle PME dans les réseaux télécom (cf. p 8), nous vous réservons le même traitement. Interview, écriture et relecture pour validation des informations avant parution.

C’est ça, la marque de fabrique de La Lettre de l’Entreprise. Une info trace qui reste, plutôt qu’une info clash qui s’évapore…

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire