Femme et présidente du Val d’Oise

0

Le 20 octobre, Marie-Christine Cavecchi, 72 ans, a été élue présidente du Département du Val d’Oise. Elle succède à Arnaud Bazin, élu sénateur le 24 septembre dernier et soumis au non cumul des mandats. Marie-Christine Cavecchi est la première femme présidente d’un département dans l’histoire de l’Île-de-France.

Marie-Christine Cavecchi,Marie-Christine Cavecchi, présidente du Département du Val-d’Oise-Île-de-France

 Issue du monde associatif, Marie-Christine Cavecchi était, depuis 2011, vice-présidente du Conseil départemental du Val d’Oise, déléguée à l’Education et à l’Enseignement supérieur et première adjointe au maire de Franconville depuis 27 ans.

La lettre de l’entreprise : Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, souhaite que l’on renforce les pouvoirs de la région en matière de développement économique, formation et emploi et la loi Notre (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) lui donne tous les pouvoirs. En revanche, c’est au département qu’incombent l’action sociale et plus particulièrement le lourd tribut du RSA, de l’APA et des personnes handicapées. Allez-vous poursuivre l’action d’Arnaud Bazin qui luttait contre le désengagement financier de l’Etat sur ces charges très lourdes ? Comment envisagez-vous la coopération avec Valérie Pécresse à ce sujet ?

Marie-Christine Cavecchi : Nous avons un devoir de solidarité avec les Valdoisiens, qui représente 50 % de notre budget. Notre priorité est l’accompagnement au quotidien des plus fragiles. Le financement du RSA coûte près de 200 millions d’euros. Des charges lourdes pour le département. Nous présenterons un plan départemental d’insertion début 2018. Par ailleurs, je poursuis le combat d’Arnaud Bazin engagé en 2011 contre le désengagement de l’Etat (RSA, mineurs isolés, logement social) qui fragilise les finances des départements. Pour y faire face, en maintenant notre qualité de service, nous contrôlons et innovons en prenant des initiatives concrètes pour l’insertion de ce public. Par exemple, nous expérimentons une plateforme web, destinée aux bénéficiaires du RSA en Val-Parisis, qui facilite la rencontre avec les employeurs pourvoyeurs d’emplois. Avec la région Île-de-France, nous travaillons étroitement dans la concertation et le dialogue. Nous lançons des projets ambitieux pour dynamiser le territoire (plan anti-bouchons, stratégie touristique, Ceevo…).

La lettre de l’entreprise : La Métropole du Grand Paris (MGP) souhaiterait adjoindre à son périmètre Roissy, EuroDisney et/ou Saclay et éventuellement le Triangle de Gonesse qui englobe le projet d’EuropaCity co-géré désormais par Auchan et le groupe chinois Wanda. Vous avez exprimé votre désapprobation. La maintenez-vous ? Et pourquoi ?

Marie-Christine Cavecchi : Plusieurs scénarios sont envisagés par le gouvernement pour la nouvelle organisation de la Métropole. Le plus probable serait une Métropole qui se limiterait à la zone dense des 3 départements de petite couronne et Paris. Nous verrions alors naître une métropole des riches, soit un retour de 50 ans en arrière avec le département de la Seine. Et on voudrait récupérer dans ce périmètre Roissy, notre locomotive économique ? C’est inacceptable. Je défends avec mes collègues de la grande couronne et Valérie Pécresse la solution d’une métropole régionale ambitieuse. La région est le bon niveau pour développer l’attractivité du territoire, valoriser sa grande diversité et créer des emplois.

La lettre de l’entreprise : Vous avez fêté en novembre le mois du Japon dans le Val-d’Oise qui s’enorgueillit d’avoir accueilli près de 60 entreprises japonaises sur son territoire ? Quels bénéfices pour les Valdoisiens ? Ces entreprises ont-elles été créatrices d’emplois ? Ou de valeur ajoutée ?

Marie-Christine Cavecchi : La coopération étroite qui s’est bâtie entre le Val-d’Oise et la préfecture d’Osaka est fondée sur le constat que nos deux territoires disposent de similitudes notables : un tissu économique basé sur le dynamisme d’un réseau dense de PME-PMI, un aéroport international de première importance, une volonté partagée de soutien aux institutions culturelles et enfin, le développement d’une offre universitaire d’excellence. Au plan économique, sur les 420 entreprises japonaises présentes en France, plus de 60 le sont dans notre territoire. Cela représente près de 2 000 emplois dans le département. Ces deux dernières années, six PME s’y sont développées ou implantées. Les entreprises japonaises sont solides, fidèles et créent des emplois dans des secteurs innovants comme le numérique. Le Val-d’Oise est une terre privilégiée et rassurante pour les Japonais créateurs d’emplois.

Marie-Christine Cavecchi23 Novembre 2017 : Marie-Christine Cavecchi visite la maison de santé ouverte aux habitants de la commune d’ Auvers-sur-Oise.

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Les commentaires sont fermés.