FedEx : les enjeux de l’e-commerce

0

Face aux passagers qui hésitent fortement à reprendre l’avion, on aurait pu imaginer que le transport express allait fortement diminuer… Mais la demande de colis et paquets express livrés dans le monde s’est accélérée durant le confinement dû au Covid-19. Et FedEx, géant américain (tout comme DHL son concurrent allemand), poursuit investissements et innovations.

Géant mondial de la livraison express, FedEx n’en finit pas d’accroître la capacité de tri de son Hub Européen à Roissy (95) dans lequel travaillent 2 500 personnes. Le nouveau bâtiment de 50 000 m2 (livraison prévue en 2021) permettra d’augmenter la capacité de tri de plus de 40 %. Ce chantier stratégique coïncide avec l’envol de l’e-commerce. À la tête de ce hub, Julien Ducoup, un homme qui a “le sens de l’humain” : pendant le confinement provoqué par la crise sanitaire du Covid-19, il a félicité chacun de ses collaborateurs lorsqu’ils arrivaient sur le site, pour leur engagement dans la poursuite de l’activité.

Flotte aérienne de FedEx Express


UN PARCOURS ATYPIQUE

Après l’ESC Compiègne, Julien Ducoup rejoint le groupe Robert Hersant, à l’imprimerie du Figaro basée à Roissy. « J’étais le lien entre la rédaction et l’imprimerie, chargé de la distribution sur le territoire national. Imprimer et distribuer un quotidien national, c’est faire en sorte qu’il soit en vente en kiosque dès 6h du matin. J’ai appris la gestion de production ponctuelle ».

Après 6 années passées au Figaro, il souhaite rejoindre un acteur international. L’aérien l’attire. Ce sera le groupe américain FedEx, 1ère compagnie aérienne de fret au monde avec une flotte de 675 avions En nombre d’appareils, FedEx c’est 2,6 fois le parc d’Air France. Le Hub de FedEx à Roissy comptabilise 320 mouvements avion (départ/arrivée) par semaine.

Julien Ducoup occupe successivement un poste de Manager opérationnel chargé des relations avec les compagnies aériennes de l’aéroport. Car FedEx ne dessert pas toutes les destinations du monde avec sa propre flotte et utilise pour certaines destinations les soutes de vols passagers. À Roissy, ce sont 400 vols commerciaux par semaine qui viennent compléter le maillage du réseau couvert par la flotte FedEx. Puis il est promu Directeur des opérations, responsable des activités piste (chargement/déchargement), avec 300 personnes sous sa responsabilité.

Après 7 années dans l’entreprise, Julien Ducoup est nommé Directeur général en 2007, en charge de 2 500 personnes au Hub de FedEx à Roissy.

Julien ducoup

Julien Ducoup, DG du Hub de FedEx à Roissy CDG


DÉCLIN OU RELANCE DU TRANSPORT EXPRESS ?

L’essor du commerce en ligne, + 12% de croissance en France en 2019¹, et son corollaire, la livraison express, participent au réchauffement de la planète. Faut-il pour autant envisager d’en réguler le développement ? C’est plutôt à chaque acteur économique d’adapter une consommation responsable.

« Le développement du mouvement anti-avion peut-il affecter à terme l’activité livraison express des grands acteurs du marché tels que FedEx ? ». La question posée à Julien Ducoup a généré cette réponse :
«  Nous avons remarqué, explique Julien Ducoup, que la pandémie a très certainement accéléré la tendance de l’e-commerce pour bon nombre d’entreprises. L’année dernière, FedEx a pris la décision, dans le cadre de sa stratégie de croissance internationale, de s’implanter plus agressivement en Europe sur ce marché et nous avons constaté une augmentation considérable au cours des douze mois précédant la pandémie. Plus de 60 % de ce nouveau trafic d’e-commerce concernait un volume d’exportation international. Cette tendance n’a fait que s’accélérer tout au long de la pandémie. L’e-commerce a permis, par exemple, à nos TPE et PME françaises d’étendre leur présence virtuelle ou de déplacer leurs activités en ligne.
L’avenir de notre industrie va dépendre en grande partie de la manière dont nous innoverons et investirons pour répondre à la demande croissante du e-commerce. Et aussi de la manière dont nous relèverons les défis logistiques et environnementaux complexes que l’e-commerce entraîne. »

La feuille de route de FedEx est simple : augmenter la capacité de tri, renouveler la flotte d’avions et organiser au mieux la combinaison aérien/terrestre, ce que l’on appelle le dernier kilomètre.

fedex

Nouveau système de tri automatisé EBSS (Ergonomic Box Sort System) du futur bâtiment de FedEx à Roissy-CDG

Le prochain challenge de Julien Ducoup est l’ouverture, en 2021, du nouveau bâtiment de tri de 50 000 m2 qui portera la capacité de tri de 32 000 à 46 000 colis et boîtes. En ajoutant le 2e trieur d’une capacité de 22 000 petits colis, déjà opérationnel depuis septembre 2018, FedEx disposera d’une capacité de tri de 68 000 colis/jour.

TRAVAIL DE NUIT MAIS PEU DE TURN OVER

La demande client d’être toujours « livré plus vite et en tout point du globe » impose le travail de nuit. Et cette situation semble durable. « La 1ère séquence  de tri se situe entre 17h et 22h ; elle correspond aux flux internationaux et à la connexion vers les États-Unis pour une livraison le lendemain avant 10h30 du matin, précise Julien Ducoup. Puis vient la 2e séquence, entre 23h et 4h30, pour le trafic intra-européen qui mobilise 2/3 du personnel. Tout le personnel de manutention travaille donc de nuitPour autant, le turn-over du personnel ne dépasse pas 4 % alors que dans le secteur du transport les chiffres avoisinent 18 à 20 % ».

boeing

Boeing 767 en cours de chargement au Hub FedEx de CDG

L’entreprise a engagé un vaste programme RH pour former et coacher son personnel. Elle propose à chaque employé la possibilité de bénéficier d’une « bourse d’études » équivalente à 2 500 € par an et par personne, pour se former, notamment en anglais.
« Il y a aussi le sentiment d’appartenance à une entreprise engagée, qui a fait baisser de 40 % en 10 ans ses émissions de CO2, renouvelé sa flotte par des appareils plus économes en énergie et moins bruyants (60 appareils, soit près de 10 % de la flotte, ont été remplacés entre 2016 et 2019) et 71 Boeing sont en commande », conclut le DG.

Autre atout : FedEx applique, depuis septembre 2016, la procédure d’approche dite de « descente continue » pour ses vols de nuit. L’approche en descente continue permet aux équipages de conduire le vol à l’arrivée en évitant au maximum les phases de vol en palier et en réduisant ainsi la sollicitation des moteurs, ce qui limite les nuisances sonores et favorise des économies de carburant. C’est donc une mesure « gagnant/gagnant » pour les riverains valdoisiens et les opérateurs, sur laquelle les pilotes FedEx ont travaillé avec les autorités et les associations de riverains. Le ministère des Transports réfléchit à une généralisation de cette pratique à partir de 2024 à l’ensemble des vols sur Roissy-CDG.

Même si FedEx a dû beaucoup investir pour s’adapter à une conjoncture moins favorable depuis 2018, le transport express semble avoir encore de beaux jours devant lui.

William Hitchon  

1- Source FEVAD (Fédération E-commerce et Vente A Distance) Le commerce en ligne représente 100 milliards d’euros de chiffres d’affaires en France en 2019. Plus de 500 millions de colis sont livrés chaque année dans le pays. Un million d’entre eux ne seraient pas réceptionnés au premier passage.

FedEx – Chiffres clés
Le groupe publie uniquement un chiffre d’affaires mondial consolidé. En 2020, exercice clos en mai, le CA atteint 69,2 milliards de dollars, contre un CA de 69,7 milliards en 2019, soit un recul de seulement  0,7%.

Depuis mars 2020, FedEx a transporté 29 000 tonnes d’équipements et de produits de santé qui ont pallié le manque d’activité lié à l’arrêt partiel de l’économie mondiale provoqué par l‘épidémie de Covid-19

 

30 % de carburants alternatifs d’ici 2030
En matière de développement durable, FedEx s’est engagé à utiliser le Red Rock Biofuel, un biocarburant produit à partir de la biomasse ligneuse (bois, écorce, branches, …), à plus faible teneur en carbone que le pétrole. FedEx est l’un des clients de cette usine en construction
Partager.

Auteur

Consultant senior chez Groupe Urvika, et ancien Directeur conseil en communication institutionnelle à l'agence Brief (75-Paris), William Hitchon a exercé auparavant des fonctions commerciales européennes dans l'industrie (3M, Bic, Soupletube, Bormioli). Au début des années 2000, il crée le prix littéraire Philippe Delerm jeunesse en partenariat avec le Conseil départemental du Val d'Oise. William Hitchon collabore à La Lettre de l'Entreprise depuis 2016.

Poster un commentaire