Brigitte Auffret – 30 ans chez Manutan 

0

Alors que Manutan1 fête ses 50 ans et sa croissance en hausse2, le groupe leader poursuit sa transformation digitale avec une supply chain rénovée et un digital lab créé en 2016. Mais ce qui assure sa réussite est aussi sa culture d’entreprise. Témoignage d’une de ses meilleures ambassadrices.

Elle avait 25 ans quand elle est entrée chez Manutan, et à l’évocation de ce moment de l’année 1986, elle en parle encore comme d’une rencontre amoureuse qui se poursuit au travers d’un « mariage » qui dure depuis 30 ans ! Brigitte Auffret, directrice générale déléguée de Manutan (finances, relations humaines et l’Université Manutan) fait partie du trio qui gouverne le navire amiral aux côtés de Xavier Guichard, directeur général, fils et petit-fils des fondateurs, et de Pierre-Olivier Brial, directeur général délégué.

Avant d’arriver à cette « trinité » mise en place en 2013, Brigitte Auffret a vécu l’évolution de l’entreprise familiale, non pas depuis sa création en 1966, mais au lendemain de sa cotation en Bourse, effectuée en 1985. Cette Toulousaine, armée d’un diplôme d’HEC, venait de passer 3 ans chez Monsanto et cherchait « Une entreprise de taille moyenne, plutôt française. Monsanto m’avait formée aux méthodes anglo-saxonnes, mais je n’avais acquis aucune vision globale de l’entreprise. J’ai répondu à une annonce de Manutan sans hésiter ».

Place aux initiatives

« Cette entreprise a vraiment été une rencontre car j’ai pu grandir et progresser en même temps qu’elle, au fur et à mesure de sa croissance et de ses transformations. Au-delà de l’évolution classique de mon poste, débuts au contrôle de gestion de la société française, puis à celui du Groupe pour finir (et ce n’est pas terminé !) à la direction générale déléguée, il y a ce que j’appellerais l’évolution qu’autorise Manutan. Soit celle d’une entreprise familiale d’entrepreneurs qui met “Peu de Monde à l’Encadrement (PME)” et laisse prendre beaucoup d’initiatives à ses employés. J’ai par exemple contribué, en tant que junior de la fonction financière, aux projets de certification ISO et de changement de système d’information, sujets hors de mes domaines de responsabilité. L’entreprise m’a fait confiance et c’est ce qui fait la richesse de Manutan : savoir mettre à profit la complémentarité des gens et ouvrir leurs champs de compétences au-delà de ce pour quoi ils ont été recrutés.

Mon penchant pour les relations humaines, couplé aux besoins de l’entreprise, m’a permis, au fil des années, d’enrichir mon poste d’une dimension RH et de la gestion de l’Université Manutan, pépite de l’entreprise qui propose des programmes de formation internes élaborés sur-mesure et des activités de découverte propres à l’épanouissement (théâtre, musique, cuisine, sport, etc.) ».

L’importance du comment… et pas seulement du combien !

« J’ai la chance d’avoir travaillé avec les 3 générations de la famille Guichard qui a toujours milité pour une gouvernance qui intègre diversité et travail en équipe. Si j’ai un peu travaillé avec André Guichard, le grand-père, la stratégie des années 80 à 2000 a été lancée par Jean-Pierre Guichard auprès duquel j’ai beaucoup appris. Le business plan à horizon 2020 a été élaboré, lui, en synergie totale des 3 DG, en même temps que l’élaboration des items d’une culture commune à Manutan dans toute l’Europe et des stratégies opérationnelles pour chacune de nos marques.

J’aime faire parler les chiffres, certes, mais les fondateurs ont toujours eu à cœur de faire progresser le chiffre d’affaires et la rentabilité au travers de cette combinaison harmonieuse du quoi (la rentabilité) et du comment (avec une manière unique d’être en interaction avec nos salariés et partenaires). Par exemple, le rachat de Camif Collectivités a été probablement gagné par Manutan parce que nous avons proposé un projet industriel à dimension humaine. C’est de ces valeurs d’entreprise et de leur respect dans la relation avec nos clients, nos partenaires et nos collaborateurs que vient le « bien-être » que l’on ressent à travailler ici.

Certes, la transformation amorcée depuis 5 ans a demandé des efforts mais Manutan, c’est avant tout une entreprise où l’on donne sa chance à chacun. »

Inestimable de nos jours !

Béatrice Monomakhoff

1 Un des leaders européens de la distribution multicanale d’équipements et de consommables pour les entreprises et les collectivités. 2 200 collaborateurs dont 600 à DREDA, siège de Gonesse (95).

2 683 M€ de CA, 1 million de clients et 25 filiales dans 17 pays

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Les commentaires sont fermés.