Batteries made in Europe

0

La croissance de la demande de véhicules électriques sur le marché européen nécessitera 400 GWh de batteries à l’horizon 2030, soit 15 fois le marché actuel. Pour contrer les Asiatiques qui ont pris une sacrée avance, PSA et Total créent « Automotive Cells Company », entreprise dédiée à la fabrication de batteries en Europe.

Automotive Cells Company (ACC) a été créé le officiellement le 3 septembre 2020. L’objectif de cette fusion entre plusieurs compagnies est de devenir un acteur mondial de référence dans le développement et la fabrication de batteries pour l’industrie automobile, venant concurrencer les fabricants chinois, japonais et sud-coréens qui dominent le marché.

ACC, ambitieux projet estimé à 5 milliards d’euros d’investissements, est né de l’association de Saft, spécialiste français des batteries et filiale de Total, avec Opel, la filiale allemande du constructeur automobile PSA.

Les intentions de PSA et de Total sont de gagner une part de marché significative dans le secteur des batteries, et ce dès 2023. L’objectif est d’équiper 1 million de véhicules électriques par an, soit environ 10 % du marché européen.

ACC bénéficie du soutien financier des pouvoirs publics français et allemands pour un montant d’1,3 milliard d’euros. Il a reçu l’accord des institutions européennes via un projet d’IPCEI (Important Project of Common European Interest) qui témoigne de sa dimension stratégique pour la transition énergétique de la mobilité.

UN ENJEU DE SOUVERAINETE EUROPEENNE

Le véhicule électrique est en plein essor en Europe, en raison des réglementations environnementales toujours plus exigeantes. Or les batteries hautes performances représentent près d’un tiers de la valeur ajoutée de ces véhicules.

Dans cette alliance, Total/Saft apporte sa puissance de R&D et d’industrialisation dans l’énergie et PSA/Opel apporte son expertise de la production automobile en grande série. L’autre grand constructeur français, Renault, devrait à terme  intégrer le projet.

Le centre de R&D de Bordeaux et le site de production pilote de Nersac en Charente, déjà opérationnels, mettent au point les technologies lithium-ion hautes performance et vont permettre la création de 200 emplois. Après la phase de R&D, deux usines accueilleront la production, l’une en France, à Douvrin, dans le Pas-de-Calais, l’autre en Allemagne, à Kaiserslautern. Les 2 sites devraient atteindre une capacité cumulée de 48 GWh à l’horizon 2030.

William Hitchon

Partager.

Auteur

Consultant senior chez Groupe Urvika, et ancien Directeur conseil en communication institutionnelle à l'agence Brief (75-Paris), William Hitchon a exercé auparavant des fonctions commerciales européennes dans l'industrie (3M, Bic, Soupletube, Bormioli). Au début des années 2000, il crée le prix littéraire Philippe Delerm jeunesse en partenariat avec le Conseil départemental du Val d'Oise. William Hitchon collabore à La Lettre de l'Entreprise depuis 2016.

Poster un commentaire