Atos leader mondial IT en RSE

0

Entre développement durable, RSE et la « Raison d’être » invoquée par la loi Pacte¹, une transformation de l’entreprise semble en marche. Mais elle n’atteint pour le moment que quelques entreprises publiques ou de grands groupes privés. Louons ceux qui y croient et parmi eux Atos… En espérant qu’ETI et PME trouvent ressources et moyens pour définir leur « Raison d’être » ou valoriser celle qu’ils ont déjà.

On est encore très loin des propos d’Emmanuel Faber, PDG du groupe Danone et grand défenseur de la « Raison d’être », qui n’a pas hésité, en mars 2019, à clôturer son discours sur la loi Pacte en stipulant : « Les actionnaires ne doivent être payés qu’après tout ». Entendez : après les salariés, les fournisseurs et la collectivité ! Danone s’est aussi illustré très tôt avec des mesures favorables au personnel : la RSE peut peser en moyenne 20 % de la rémunération variable.

Distribution de bons points

Appliquer la RSE dans son entreprise est un atout et donne droit à des « bons points ». Atos², non contente, elle, d’avoir convaincu son conseil d’administration de rénover Notre-Dame de Paris, vient d’être nommée leader mondial IT en RSE.

En avril 2019, les actionnaires d’Atos se sont prononcés sur une question fondamentale pour l’entreprise : quelle est sa « raison d’être » ? Ils ont adopté à l’unanimité cette proposition du conseil d’administration :

« Notre mission est de contribuer à façonner l’espace informationnel. Avec nos compétences et nos services, nous soutenons le développement de la connaissance, de l’éducation et de la recherche dans une approche pluriculturelle et contribuons au développement de l’excellence scientifique et technologique. Partout dans le monde, nous permettons à nos clients et à nos collaborateurs, et plus généralement au plus grand nombre, de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans l’espace informationnel », proclament les statuts d’Atos.

En complétant son objet social, comme l’encourage la loi Pacte, Atos s’autorise à intervenir sur des sujets plus larges que ses seules affaires commerciales et éloigne le risque d’abus de bien social qui pouvait l’empêcher de répondre à certaines sollicitations. « Notre raison d’être nous permettra de jouer notre rôle dans le monde de la recherche académique », avait alors précisé Thierry Breton, PDG d’Atos, à la presse.

Atos s’estime désormais dans son droit de mettre à disposition ses compétences en analyse de données et en modélisation 3D pour la rénovation de la cathédrale Notre-Dame de Paris après l’incendie qui a ravagé sa toiture. Théoriquement, ses actionnaires auraient pu jusqu’ici contester une dépense éloignée des intérêts premiers de l’entreprise.

Notre-Dame

Atos offre ses compétences en analyse de données et en modélisation 3D pour la rénovation de Notre-Dame de Paris


Des lauriers en développement durable et en RSE

Le 23 septembre 2019, Atos a annoncé qu’il se classait Numéro 1 du secteur des services informatiques et logiciels dans les indices de développement durable du Dow Jones Sustainability Index World et Europe. Le Groupe vient d’être récompensé par EcoVadis du niveau « or » pour ses performances en Responsabilité Sociale d’Entreprises.

Atos conserve en 2019 sa position de leader dans le secteur des services informatiques et logiciels en prenant, pour la deuxième année consécutive, la tête du classement dans cette étude mondiale fondée sur l’évaluation annuelle de 3 500 entreprises cotées. Avec un score de 82 points sur 100, Atos est la première de son secteur parmi 65 autres entreprises IT mondiales et démontre ses performances dans les 3 catégories évaluées : environnement, économie et social.

En recevant d’EcoVadis le niveau «Gold» dans son évaluation annuelle des performances RSE dans toutes les catégories : environnement, pratiques au travail, pratiques commerciales équitables et gestion de ses propres chaines d’approvisionnement, Atos renforce de plus son engagement en faisant évaluer les performances RSE de ses 250 fournisseurs

Thierry Breton, Président-Directeur Général d’Atos, a commenté : « La performance extra-financière d’Atos en matière de RSE et de développement durable est une nouvelle fois reconnue par les indices du Dow Jones Sustainability Index World & Europe ainsi que par EcoVadis. Cette double reconnaissance reflète notre volonté d’adopter une démarche intégrée qui engage notre entreprise, nos collaborateurs, clients et fournisseurs au regard de notre contribution à la société et aux environnements dans lesquels nous opérons à travers le monde. Cette démarche est ancrée dans notre quotidien. Elle s’inscrit en 2019 dans nos statuts avec l’intégration de notre “Raison d’être” ».

ATOS

 

Béatrice Monomakhoff


1- Cf. Plan d’Actions pour la Croissance et la Transformation des Entreprises / Cf. encadré page 13, exclu web pour le site web

2- Leader international de la transformation digitale

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Poster un commentaire