30 % de dépôts de plaintes supplémentaires en France

0

Nous nous devions d’informer sur ce « nouveau régime » qui se met en place, permettant à des femmes dans la vie professionnelle ou dans la vie tout court d’enfin « parler »… Sans aucun sexisme de notre part puisque c’est à un homme que nous avons confié ce billet, à notre correcteur, Alain Mayor, qui garantit des textes sans faute de style… ni de goût, depuis 7 ans, dans la Lettre de l’Entreprise.

30 % de plaintes en plus

Johnny nous a quittés il y a peu, accompagné par une immense émotion populaire, après avoir mis le feu au stade de France. Les harcèlements sexuels de Bob Weinstein, producteur américain de cinéma, connus de beaucoup, ont été enfin révélés par quelques actrices courageuses, ce qui a mis… le feu au monde entier !
Cent femmes, dans l’affaire Weinstein, des milliers, ont osé briser le tabou, dénoncer leur harceleur, leur violeur, porter plainte, au risque de briser leur carrière, leur vie privée et leur réputation ! Chefs d’entreprise, ministres, réalisateurs, chefs de rayon, époux, stars de l’écran, de la mode ou de la chanson, simples péquins, aucun homme ne semble plus à l’abri d’une poursuite judiciaire, pour ce que lui voyait comme « une proposition peut-être insistante », là où elles voyaient « un harcèlement, voire un viol insupportable ».

Jusqu’à Donald Trump, dont l’Obs se demande : « Trump à son tour emporté par l’ouragan Weinstein ? », et qui doit faire face à une dizaine de plaintes… à ce jour.
Lequel Trump était pressenti pour être « L’homme de l’Année » dans Time, cet honneur ayant finalement été accordé à « Ces femmes qui ont brisé le silence et lancé le mouvement ». « Les hommes de pouvoir des milieux du divertissement, des médias, de la culture et de la politique sont en première ligne, mais les femmes et les hommes qui ont brisé le silence sont de toutes les origines, de toutes les classes sociales, et cela dans le monde entier », souligne Time. En France, on peut parler de DSK, le premier d’entre eux, de George Tron, ancien ministre, maire de Draveil, dont le procès pour viols et agressions sexuelles en réunion s’est tenu devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis, de Denis Baupin, de Roman Polanski, poursuivi aux USA depuis 40 ans, mais dont l’hommage de la Cinémathèque Française fut diversement apprécié, l’hommage à Jean-Claude Brissaud étant lui carrément « reporté ». Le reste du cinéma français gardant un silence prudent.

Le président Macron a présenté un plan avec des mesures préventives et répressives, dont des spots télévisés dénonçant les violences sexistes et sexuelles, financés par l’Etat, et une campagne de mobilisation dans les collèges, autour de la pornographie et du cyber-harcèlement. Sur le plan judiciaire, la loi sera renforcée dans deux directions :

  • l’accueil des victimes sera facilité, afin d’encourager la libération de la parole,
  • la pré-plainte via Internet sera élargie…

 

La Première dame s’est elle aussi exprimée : « La libération de la parole, c’est ce qui peut arriver de mieux. Elles sont très courageuses de le faire. Je pousse vraiment à rompre le silence. Quelque chose est en train de se passer, vraiment ».

Alain Mayor

La hausse est exceptionnelle. La gendarmerie nationale a enregistré dès octobre 2017 une hausse de 30 % des plaintes pour violences sexuelles par rapport à la même période de l’année précédente (+360 faits), selon l’AFP.
Les plaintes dénoncent notamment des faits de harcèlement sexuel, d’agression sexuelle et de viol. Elles ont été enregistrées par les unités de gendarmerie, qui sont majoritairement implantées hors des grandes villes.
Retrouvez les mesures gouvernementales sur :

 

Partager.

Auteur

D’abord journaliste dans la presse écrite et radio (France-Inter, Le Point, Le Nouvel Économiste), Béatrice Monomakhoff a ensuite exercé, pendant 10 ans, les postes de responsable communication, successivement chez Yves Rocher, Alcatel et L’Oréal, puis fondé, en 1999, Hors-série.com/, une agence de communication, BtoB avec plusieurs associés dont Jacques Barraux, (ex Les Echos) et Didier Adès ( ex France Inter). C’est en 2007 qu’elle crée La Lettre de L’Entreprise. Elle est rédactrice en chef de ce magazine économique trimestriel diffusé à 3 000 exemplaires dans le Nord-Ouest de l’Île de France édité par l’agence Hors-série.com/ gérée par Isabelle Jariod.

Les commentaires sont fermés.